Fréquence Juive Magazine

Michel Boujenah : « Bonjour Céline, c’est Michel. Alors déjà je vous avertis, c’est vous qui allez tout prendre ! Je suis sur le point de rater mon avion, ma salle de répétition a pris l’eau, mon piano est en plein courant d’air et je viens de tacher mon pull en cashmere. Mais je répondrai à vos questions. » F.J. : « Michel, tout va bien, ne vous inquiétez pas, on se rappelle demain. » 24 h après : Le lendemain matin, l’interview a lieu.

Fréquence Juive : Commençons par une blague juive. Pouvez-vous nous en raconter une ? Michel Boujenah : « C’est un juif tunisien qui rentre du travail. Sa femme, qui prépare à manger, est en train de verser 1 litre d’huile dans une casserole. Il lui dit : « Ça sent bon, qu’est-ce que tu as préparé pour dîner ce soir ? » et elle qui réponds : « Ça y est, j’ai fini ! » F.J. : (Rires…). Nous, francophones de Californie, sommes moins connectés aux célébrités françaises. Parlez-nous de vos actualités. Michel : En ce moment, je joue la deuxième version de mon spectacle « Ma vie rêvée » qui s’appelle « Ma vie encore plus rêvée ». J’adore le jouer et continuerai aussi longtemps que possible. J’écris actuellement un nouveau spectacle. C’est l’histoire d’une femme de 150 ans qui reçoit chez elle, ses enfants et ses petits-enfants.

Cette mère des mères représente la mère éternelle ayant un regard sur le monde avec, forcément, plus de recul. Elle parle des hommes politiques, de D. mais aussi, avec sa petite-fille, de sujets tabous d’une époque, avec sa culture et sa langue. » F.J. : Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’écrire vos spectacles principalement autour d’un juif tunisien ? Michel : « Dîtes-moi, oseriez-vous demander à Balzac si les personnages de son prochain roman seront français, demanderiez-vous à John Coltrane si son prochain morceau de musique sera une messe qui se déroulera en Allemagne ? À Victor Hugo, si c’est encore de français etc, etc…Vous ne le feriez pas … Alors qu’à moi, on me la pose cette question! Pourquoi on demande à un juif si les personnages de son prochain spectacle ou de son prochain roman seront encore juifs ? « Et encore des juifs ? » me dit-on. Je ne renie pas mon identité juive et je ne le ferais jamais. Je ne vois pas pourquoi je ferais semblant d’être un autre. Je suis qui je suis. Cela étant, je rentre très profondément dans mes personnages et je progresse constamment dans ma façon de travailler. Vous êtes coupable de m’accuser d’être juif ! Combien de fois m’a-t-on dit : « Arrête d’être juif, il faut arrêter ! » F.J. : « Pensez-vous, un jour, arrêter d’écrire ? » Michel : « Oui, contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent penser, un jour, je prendrai ma retraite et je m’isolerai. J’aime ce métier mais je suis très peiné sur le fait que l’on me rappelle que je suis différent de la majorité. Dans le film « Père et fils », j’aurais très bien pu faire un Shabbat au Québec avec Philippe Noiret qui réunit ses enfants, ce que j’aurais trouvé formidable ! Mais je n’aurais certainement pas été produit ou l’on m’aurait dit : « coupe cette scène ! » et ce n’est pas de la paranoïa. Je souhaite à tout le monde d’avoir une aussi longue carrière que la mienne. J’ai beaucoup de chance ! » F.J. : Vous avez de nombreux films à votre actif. Quels sont les rôles qui vous ont le plus marqués? Racontez-nous quelques anecdotes de tournage ? Michel : « Le rôle qui m’a le plus marqué, c’est dans le film « Le nombril du monde ». Dans le rôle de « Bajou », je maigrissais tellement à cause de la chaleur que j’ai dû arrêter de fumer. Entre les scènes, ils m’enfermaient dans une caravane climatisée pour me rafraîchir, alosr à force de passer constamment du froid au chaud, une veine de mon œil a éclaté ! Pendant le tournage du film « Les Misérables », j’ai été enfermé 15 jours dans un trou avec une poule qui s’était échappée de son poulailler. Claude Lellouche, qui était tombé éperdument amoureux de cette poule, n’avait pas voulu s’en séparer.

En avant-première, l’extrait de son futur spectacle : « Tu sais que j’étais très belle à 18 ans, tu sais que les hommes me regardaient avec désir, et tu crois que j’ai épousé l’homme que j’ai aimé, tu crois que je n’ai pas trompé ton grand-père ? »




Il a fallu que je vive avec cette poule et que je lui raconte des histoires, jusqu’au jour où elle est morte. Heureusement car le tournage a duré 4 mois ! » F.J. : Vous connaissez les mères juives, elles veulent toutes que leurs fils soient docteur ou avocat, comment la votre a-t-elle réagi quand vous lui avez dit : « Je veux être comédien » ? Michel : « Elle était inquiète. Mais vous savez, je suis issu d’une famille traditionaliste, ne suis pas religieux et je fais Shabbat uniquement avec mes amis qui le font car cela me fait plaisir ! Mes parents avaient beau être inquiets, ils n’avaient pas d’autre choix que de me laisser le choix. Mes parents, ils m’aiment !» F.J. : « Dans le film « Le nombril du monde », comme dans la plupart de vos spectacles, vous jouez le rôle d’un juif tunisien, pouvez-vous nous dire comment un tunisien appelle son nombril ? » Michel : « Le nombril du monde, non ? Je ne sais pas… » F.J. : « La Réponse est « Athènes », parce que c’est au milieu de la graisse.» Michel : (Rires…) F.J. : « Aujourd’hui, c’est FJ qui vous fait rire !! » Michel : « Vous ne m’avez pas fait rire, vous m’avez écoeuré ! » F.J. : « Quel est votre plat tunisien préféré ? » Michel : « La « gnaouia* », mais pas très grasse ! » F.J. : « Êtes-vous sûr que ce plat est d’origine tunisienne ? » Michel : « En principe, c’est tunisien mais si vous voulez que ce soit à la fois tunisien, algérois et marocain, je n’ai rien contre ! Je suis très magnanime, je sais qu’ils sont très inférieurs ! Mais bon… » F.J. : On vous a trouvé remarquable chez Ruquier. Selon vous, comment se fait-il que les autres célébrités juives françaises n’osent pas en faire de même concernant l’affaire Sarah Halimi ? Que pensez-vous de l’affaire Kobili Traoré ? Michel : « L’antisémitisme est un signe d’appauvrissement de la société. C’est très grave ! Aussi bien vis-à-vis de la communauté juive éprouvant le sentiment urgent de partir de France en pensant que c’est le bon moment, qu’au niveau du crédit de la justice française. La prise de cannabis semble être un facteur aggravant dans le cas d’un accident de voiture alors que dans celui du meurtre d’une femme, il ne l’est pas. La question est de savoir si demain, un homme défoncé au cannabis assassine une femme et qu’elle n’est pas juive, que ce se passera-t-il ? On dépénalise le procès de Traoré car sa victime est juive, si tel est le cas, nous vivons dans un monde de fous ! Dans tous les cas, il y a quelque chose qui m’échappe dans cette histoire. D’autre part, employer le terme de « fou antisémite » est absurde. Une personne qui tue des gens est déjà folle. F.J. : Parlez-nous de vos engagements, de vos bonnes actions, la Tsedaka.

Michel : « L’appel aux dons de la Tsedaka en France est un événement qui touche tout le monde. Cette solidarité est universelle dans la société française. La Tsedaka aide tous les gens qui souffrent. Comment voulez-vous être heureux alors que vous voyez des gens malheureux autour ? Pour moi, c’est impossible. » F.J. : Avez vous un message pour la communauté française de Los Angeles ? Michel : « Profitez du soleil et continuez à être solidaire de tous les autres. » F.J. : Que peut-on vous souhaiter pour 2020 ? Michel : « Que l’aventure continue, en bonne santé et que je trouve encore les mots justes pour raconter des histoires. » * gnaouia = plat d’origine tunisienne à base de poulet, de gombos, de tomates et d’harissa. .

Recent Reviews

HOLLYWOOD OU LE RÊVE AMERICAIN POUR QUI ?

9.3

Le rêve Américain est né au 16ème siècle lors de la colonisation de l'Amérique par l'Angleterre. Le mythe de l'Eldorado, la conquête de l'Ouest sont des expressions qui ont évoqué durant des siècles les mérites et les miracles du continent Américain. Le rêve Américain davantage qu'une idée est un espoir pour toute personne, quelle que soit son origine ou sa religion, son passé ou son parcours, d'accéder au succès et à la prospérité, à force de courage, de persévérance et de travail. Partir de rien pour arriver au sommet, ça fait rêver !

Courrier des lecteurs

Interviews Exclusives

Interviews Exclusives

Michel Boujenah Encore plus charmant, encore plus marrant, encore plus touchant !

Michel Boujenah : « Bonjour Céline, c’est Michel. Alors déjà je vous avertis, c’est vous qui allez tout prendre ! Je suis sur le point de rater mon avion, ma salle de répétition a pris l’eau, mon piano est en plein courant d’air et je viens de tacher mon pull en cashmere. Mais je répondrai à vos questions. » F.J. : « Michel, tout va bien, ne vous inquiétez pas, on se rappelle demain. » 24 h après : Le lendemain matin, l’interview a lieu.

Interviews Exclusives

KEV ADAMS

Kevin Smadja : 10 ans de carrière, 5 M de followers, et pour la deuxième fois aux US, Kev nous fait son show. Ça va être la H’eida !

Interviews Exclusives

MICHELE BOHBOT

Mais qui est-elle vraiment ? Mère de 7 enfants, dévouée à sa famille, fondatrice et Designer de la marque Bisou Bisou. «Le travail ne m’a pas empêché de grandir, bien au contraire, enceinte je suis encore plus créative. Aller de l’avant et ne jamais s’arrêter, telle est ma devise. Les enfants, mon mari, ma famille ont toujours été mes priorités."

Interviews Exclusives

INÉDIT : DANIEL LEVI À COEUR OUVERT

Initialement connu pour être l’emblème des « Dix Commandements », le jeune auteur-compositeur-interprète est fier de ses cinquante-huit ans et de ses cinq albums studios. Sa célèbre voix « full of vibes » nous avait tant manquée… mais il ne s’arrête pas là. Il remonte à l’Olympia, part en tournée internationale, et en prime, sort un double-album Best-Of ! À une période de sa vie où il est mis à l’épreuve, Daniel se confie et nous parle de ce qu’il appelle « l’aventure extraordinaire ». Affecté par « la » maladie, il a passé le cap. Sa fameuse « envie d’aimer » ne l’a jamais autant poussé vers la Emouna ! Pour lui, Hachem ne l’a jamais abandonné, Il lui a juste permis un renouveau. Au cœur de la ville ensoleillée de Marseille, dans un petit restaurant casher de la rue St Suffren, un homme simplement heureux portant un t-shirt de Clint Eastwood, et une casquette à l’envers pour l’occasion, Daniel, le vrai, l’authentique, nous livre ses sentiments les plus profonds en s’adressant aux lecteurs de FREQUENCE JUIVE.

Interviews Exclusives

Gilbert Montagné

VIENS DANSER !

Interviews Exclusives

LA RÉALITÉ VIRTUELLE

avec Gilles Amsallem

Interviews Exclusives

RAV CHEMOUNY

De Madagascar à Los Angeles, le rabbin du centre Rachi de Netanya sensibilise de nombreuses communautés juives francophones. Cela fait un plus d’un an que nous l’écoutons à Los Angeles. Rav Chemouny – 3 minutes de Torah- nous réveille chaque matin avec une vue d’ensemble sur la Paracha de la semaine, qu’il applique à notre vie quotidienne. Grâce à son énergie positive, sa vidéo éclaircit nos idées, jusqu’à conditionner les actions de notre journée. Avec quelques heures de décalage, sur WhatsApp ou sur Youtube, en français avec un léger accent israélien, son message passe à la perfection. Aujourd’hui, c’est avec une grande humilité qu’il nous confie comment il en est arrivé là.

Interviews Exclusives

Ishtar Alabina C’est la vie, Ya habibi !

Ishtar née Ester est israélienne. De mère juive égyptienne et de père juif marocain, elle est plus connue sous le nom d’Alabina, chanteuse d’un célèbre groupe français, accompagnée de ses musiciens Los Ninos de Sara. La dernière fois qu’elle est venue chanter à Los Angeles, c’était en 2013. Passionnée et déterminée à tout donner, elle arrive bientôt aux USA et au Canada pour une tournée magistrale. Elle fait l’unanimité dans le cœur de la communauté. Accueillons-la comme il se doit, elle le mérite !

Interviews Exclusives

Enrico Macias

« Donnez, donnez do-donnez, D. vous le rendra ! »Enrico a choisi Los Angeles, là où il se sent bien, pour célébrer ses 80 ans. Sur la scène du « Sabban Theater », l’ambiance est à son comble. Lui et sa guitare, accompagné de ses musiciens, il fait le show plus que jamais et donne tout le meilleur ; ça chante, ça danse, le théâtre de Beverly Hills résonne dans toute la ville. FREQUENCE JUIVE & Enrico sont en direct live: Profitez de notre entrevue avec ce légendaire chanteur oriental de toutes les générations.

Interviews Exclusives

Du croquis à la réalité, Yves B. design réalise tous vos projets

Fort de 20 ans d’expérience, Yves est aux petits soins avec ses clients. Né à Marseille, Yves s’est toujours senti artiste et a toujours été proche de sa communauté. Sa sensibilité pour le dessin le fera parcourir plusieurs destinations. Aujourd’hui, à Los Angeles, Yves B. Design est la pointure de l’ameublement sur mesure.

Interviews Exclusives

Schnitzly Le Schnitzel au goût du jour

Ifat, une jeune femme pleine d’entrain, reprend les rennes d’un des best-sellers de Pico bd à Los Angeles. Mère de deux jumeaux, la restauration ne lui fait pas peur. La nouvelle patronne aspire à une grande réussite.

Interviews Exclusives

Jérôme Sebag, le groove dans la peau !

Né à Grenoble, étudiant en droit, il est musicien depuis toujours. Grâce à sa bonne oreille musicale, il écrit son premier répertoire sur la Côte d’Azur pendants ses petits boulots d’été, et l’histoire commence là. L’équipe de FREQUENCE JUIVE l’a remarqué sur les réseaux sociaux avec son clavier, sa voix et son groove, au bord d’une terrasse de Miami Beach. Aujourd’hui, il vit internationalement sa musique et garde Miami en détente, pour passer ses soirées floridiennes ambiancées et ses Shabbat avec des amis de la communauté.

Interviews Exclusives

David Pilcer, L’homme qui valait… des caisses de vin

L’aventure DAVIS CRATES est née il y a 5 ans à Venice Beach. Ayant eu un grand-père ébéniste et des parents commerçants, ce jeune artiste ne le savait pas encore, mais sa passion pour les caisses en bois allait très vite devenir son business.

Interviews Exclusives

Le Talmud-Thora du JFCC avec Rav Tal Perez

Depuis la création du JFCC, notre préoccupation principale a toujours été la transmission des valeurs de la Thora à nos enfants. En effet, après de multiples échanges avec des parents expatriés, nous avons réalisé que beaucoup de familles rencontraient des difficultés durant leur insertion aux Etats-Unis de par la rigidité du système scolaire. En général, les français optent plus pour des écoles publiques, vu le coût élevé des écoles privées, d’où l’urgence d’établir un système capable de donner aux enfants les valeurs et les connaissances basiques du Judaïsme. Basés sur le modèle français du Talmud Thora, nous utilisons le matériel et les livres du consistoire de France.

Interviews Exclusives

LA STAR DU MAG : FRANCKY PEREZ UNE VRAIE RÉFÉRENCE DANS NOTRE COMMUNAUTÉ

Élu en France pendant plusieurs années consécutives « Meilleur animateur de la fréquence juive », c’est avec un grand honneur, aujourd’hui, que le magazine FREQUENCE JUIVE donne la parole au célèbre animateur de la communauté. Encore présent en France et en Israël, il anime avec succès de nombreuses soirées communautaires et de grandes réceptions. Mais pourtant, sa vie est ailleurs, de l’autre côté de l’Atlantique, là ou il vit, avec sa femme et ses enfants. Francky prend le micro et nous raconte son parcours ; comment il est arrivé ici, à Los Angeles, là où selon lui, le rêve est encore possible. « One two, one two :-) C’est parti ! Commençons par le début… »

Interviews Exclusives

RAV TAL PEREZ, LE RAV QUI FAIT AIMER LE JUDAÏSME

Depuis un peu plus d’un an, le Centre Communautaire Francophone De Los Angeles a ouvert ses portes aux juifs français de Los Angeles, une communauté fabuleusement grandissante. Avec toute l’envie et la motivation de ce jeune Rav, Rav Perez s’est lancé. L’espace du centre a déjà doublé de volume et accueille déjà des centaines de personnes pendant Shabbat et les fêtes BH’.

Interviews Exclusives

Good vibes Joyce Azria, l’exemple de notre communauté

Initiée par son père, cette jeune et talentueuse entrepreneuse de 36 ans, aujourd’hui Baal Téchouva, nous recoit chez elle, dans un quartier orthodoxe de Los Angeles. C’est avec une profonde émotion qu’elle nous témoigne de sa vision d’artiste, spirituellement épanouie depuis qu’elle s’est rendu compte que devenir religieuse, c’est encore mieux qu’avant. Elle répond à nos questions avec beaucoup d’intérêt pour la communauté, et nous transmet ses bonnes énergies.