Fréquence Juive Magazine

Mais qui est-elle vraiment ? Mère de 7 enfants, dévouée à sa famille, fondatrice et Designer de la marque Bisou Bisou. «Le travail ne m’a pas empêché de grandir, bien au contraire, enceinte je suis encore plus créative. Aller de l’avant et ne jamais s’arrêter, telle est ma devise. Les enfants, mon mari, ma famille ont toujours été mes priorités."

Fréquence Juive : Dans un premier temps, parlez-nous de votre enfance, votre jeunesse, vos origines. Michèle : « D’origine française, née à Fez au Maroc, j’ai grandi à Casablanca dans un milieu juif traditionnaliste, avec beaucoup de chaleur et d’amour. Très jeune, je me sentais différente avec un trait de caractère très indépendant, emprunt de rébellion et qui ne correspondait pas avec la société marocaine à laquelle j’appartenais. Je n’étais pas celle qu’on voulait que je sois. À l’âge de 15 ans, je m’achetais une moto grâce à mon job. Je donnais des cours de mathématiques et j étais très populaire. Ma famille ne l’apprit de la bouche de mon frère que quelques années plus tard. Je voulais toujours avoir un jardin secret ou mon imagination pourrait s’exprimer et se réaliser de manière créative. J’allais dans les « Derbes » (genre de souk) pour acheter des vêtements de l’armée Américaine.

Je voulais avoir mon propre style et surtout être différente des autres au désespoir de mes parents. À cette époque, au Maroc, nous n’avions pas de beaux magasins, alors ma mère voyageait deux fois par an en France et refaisait toute sa garde robe. Je devins sa styliste car je lui mélangeais toutes ses tenues coordonnées ainsi que les couleurs et les tissus. Si elle revenait avec 15 tenues, je lui en faisais 50. Elle essayait tout, infatigable ! Ma mère.... je me souviens de ces moments où nous avions de sérieuses conversations, où je me fâchais presque et voulais faire d’elle une leader de mode dans son cercle d’amies… C’est en faisant le film de notre vie que nous nous rendons compte que tout était prévu et que nos vocations et nos choix viennent en général de notre enfance.» FJ: Votre premier job ? On en parle ? Michèle : « Prof particulier de math et d’anglais. J’avais 15 ans. Je me baladais en moto. Dans mon style kamikaze, je faisais partie d’une bande de motards, genre garçon manqué. » F.J. : Quels sont vos plus beaux souvenirs ? Michèle : Petite fille, j’arrangeais les ourlets des vêtements de ma mère, j’habillais et cousais des nouvelles tenues pour mes poupées, j avais reçu une très belle boîte à couture d’aiguilles et de fils colorés. Souvent il m’arrivait de redécorer les chambres de mes amies, je transformais leur univers en changeant la disposition des meubles, j avais déjà ce goût très marqué pour la décoration. FJ: Emouna, religion, spiritualité ? Dans quel ordre mettez-vous tout cela ? Michèle : « La emouna, la confiance en l’avenir, le courage, tout cela prend sa source dans la propre confiance en soi et dans l’estime de soi même. La certitude qu’une force plus grande et lumineuse nous protège à chaque instant et nous guide. Le fait de ne jamais se sentir seul(e) nous donne une certaine liberté dans laquelle la peur et le doute n’existent pas. C’est ça la Emouna pour moi...et elle se vit à chaque moment et à chaque acte. La Techouva, je la pratique tous les jours. C’est un travail permanent. La pratique de la religion, c’est la manière physique de montrer à Hachem qu’Il est notre souverain et le Roi de tous les univers. Il ne faux pas confondre spiritualité et religion. Pour moi, ce sont deux choses différentes. Lorsque l’on se sent connecté à une dimension plus grande que nous-même, il est impossible que l’on puisse dénier ou diminuer l’existence de D. et de Ses pouvoirs. Plus nous sommes connectés et plus nous recevons des signes et devenons conscients de Sa magie et Sa force. Ça, c’est la spiritualité. La spiritualité prend sa source dans la métaphysique, et la religion dans la matérialité, c’est tout autre chose. La religion est faite de lois et de traditions. Elle nous permet de bien vivre en communauté et de respecter notre histoire en faisant honneur à Hachem. Quand les deux tendances se rejoignent, on atteint le Nirvâna Hahahahahah. » FJ: Depuis quand êtes-vous une yoguiste ? Quels en sont les bienfaits spirituels au point de vue personnel ? (PIC 4) Michèle : « Lorsque j’étais petite fille, je passais un temps fou cachée sous mon lit, sans que personne ne le sache, dans le seul et unique but de réfléchir, à quoi, je ne saurais vraiment l’expliquer, mais ce qui est sûr, c’est que je communiquais avec moi-même.

« On cherche Hachem mais il est en Nous! »




À l’heure actuelle, peu de gens prennent le temps de méditer mais je pense que cette communication est indispensable. Le monde devient fou mais parler à sa flamme, à son étincelle, c’est finalement parler à Hachem. Le yoga, c’est mon tikoun, l’expression la plus profonde de ma spiritualité. Grâce au yoga, j’ai appris à ne pas juger, à ne pas comparer, à exister. Les bienfaits de ma méditation – qui n’est autre que l’hitbodedut de rabbi Nahman -, sont nombreux. La confiance en soi et en l’avenir, la foi, la paix intérieure, le sentiment de sécurité et de courage sont les éléments essentiels d’une personnalité positive et joyeuse.» FJ: Vous qui représentez la réussite, comment s’est passée votre arrivée à L.A. ? Vos expériences, vos défaites, vos conseils, nous voulons tout savoir ! Allez-y c’est à vous. Michèle : « Je vivais en France, lorsque j’étais jeune mariée ; l’antisémitisme avait déjà atteint le niveau des attaques terroristes en pleine rue. Ce fut un déclic le jour ou je fus témoin de l’agression d’un de mes proches en plein Paris. Vivre dans la peur et la crainte, ce n’était plus possible, surtout avec des enfants. En 1987, malgré nos situations professionnelles prospères, nous décidâmes de nous installer en Californie. Nos premières années à Los Angeles furent plus complexes que ce que nous avions imaginé. Sans la connaissance de l’américain, sans l’état d’esprit US, ni même la langue, 2 ans suffirent à mon mari pour se décourager et penser à rentrer en France auprès de sa famille. Mais pour moi, c’était hors de question. J’étais faite pour les USA et rien ni personne n’aurait pu s’y opposer. Déterminée et hyper positive, je créai ma propre ligne de vêtements, portant le nom français « Bisou Bisou ». Dans la vie, tout se prépare ! Les couleurs, les tissus, les lumières, mon mari et moi construisions ensemble, main dans la main, un empire familial. C’était notre force. En 1989, après trois ans de travail persistant, beaucoup de chance et de positivité, nos vêtements devinrent célèbres dans les boutiques américaines et les plus grands magasins. Aujourd’hui, la marque a été mise en sommeil mais ma passion pour la création ne s’arrête pas là. Le métier d’architecte designer est la continuité de mon expression artistique. Aujourd’hui, la construction et la décoration d’intérieur sont mes activités favorites. FJ: Adepte inconditionnelle de Rabbi Nah’man, quels ont été les bienfaits lorsque vous êtes allé en Ukraine ? Michèle : « Personnellement, j’ai toujours connu ma place. Mais le jour où je suis arrivée à Ouman, j’ai pleuré pendant longtemps, comme si je me libérais de toutes les âmes qui étaient en moi.

Lorsque je me suis recueillie sur sa tombe, j’ai compris, je n’avais plus de doutes, tout prenait un sens. Dans ce paysage idyllique, tout était réel. Je ressentais l’histoire, la Shoah. Les femmes, là-bas, étaient d’une gentillesse et d’une pureté inégalée. Pour moi, le langage de ce mouvement hassidique est le même que celui du yoga. La reconnexion, l’abstraction du physique, la purification, l’élévation, tout est là. Aujourd’hui, grâce à ce grand Tsadik, je me sens propre, réparée, purifiée, et plus proche dans la pratique du judaïsme. Mes états d’âmes, mon orgueil, mon ego, tout cela a disparu. J’y retourne assez régulièrement. C’est cette spiritualité qui m’a gardée intacte. » .

Courrier des lecteurs

Interviews Exclusives

Interviews Exclusives

MICHELE BOHBOT

Mais qui est-elle vraiment ? Mère de 7 enfants, dévouée à sa famille, fondatrice et Designer de la marque Bisou Bisou. «Le travail ne m’a pas empêché de grandir, bien au contraire, enceinte je suis encore plus créative. Aller de l’avant et ne jamais s’arrêter, telle est ma devise. Les enfants, mon mari, ma famille ont toujours été mes priorités."

Interviews Exclusives

INÉDIT : DANIEL LEVI À COEUR OUVERT

Initialement connu pour être l’emblème des « Dix Commandements », le jeune auteur-compositeur-interprète est fier de ses cinquante-huit ans et de ses cinq albums studios. Sa célèbre voix « full of vibes » nous avait tant manquée… mais il ne s’arrête pas là. Il remonte à l’Olympia, part en tournée internationale, et en prime, sort un double-album Best-Of ! À une période de sa vie où il est mis à l’épreuve, Daniel se confie et nous parle de ce qu’il appelle « l’aventure extraordinaire ». Affecté par « la » maladie, il a passé le cap. Sa fameuse « envie d’aimer » ne l’a jamais autant poussé vers la Emouna ! Pour lui, Hachem ne l’a jamais abandonné, Il lui a juste permis un renouveau. Au cœur de la ville ensoleillée de Marseille, dans un petit restaurant casher de la rue St Suffren, un homme simplement heureux portant un t-shirt de Clint Eastwood, et une casquette à l’envers pour l’occasion, Daniel, le vrai, l’authentique, nous livre ses sentiments les plus profonds en s’adressant aux lecteurs de FREQUENCE JUIVE.

Interviews Exclusives

Gilbert Montagné

VIENS DANSER !

Interviews Exclusives

LA RÉALITÉ VIRTUELLE

avec Gilles Amsallem

Interviews Exclusives

RAV CHEMOUNY

De Madagascar à Los Angeles, le rabbin du centre Rachi de Netanya sensibilise de nombreuses communautés juives francophones. Cela fait un plus d’un an que nous l’écoutons à Los Angeles. Rav Chemouny – 3 minutes de Torah- nous réveille chaque matin avec une vue d’ensemble sur la Paracha de la semaine, qu’il applique à notre vie quotidienne. Grâce à son énergie positive, sa vidéo éclaircit nos idées, jusqu’à conditionner les actions de notre journée. Avec quelques heures de décalage, sur WhatsApp ou sur Youtube, en français avec un léger accent israélien, son message passe à la perfection. Aujourd’hui, c’est avec une grande humilité qu’il nous confie comment il en est arrivé là.

Interviews Exclusives

Ishtar Alabina C’est la vie, Ya habibi !

Ishtar née Ester est israélienne. De mère juive égyptienne et de père juif marocain, elle est plus connue sous le nom d’Alabina, chanteuse d’un célèbre groupe français, accompagnée de ses musiciens Los Ninos de Sara. La dernière fois qu’elle est venue chanter à Los Angeles, c’était en 2013. Passionnée et déterminée à tout donner, elle arrive bientôt aux USA et au Canada pour une tournée magistrale. Elle fait l’unanimité dans le cœur de la communauté. Accueillons-la comme il se doit, elle le mérite !

Interviews Exclusives

Enrico Macias

« Donnez, donnez do-donnez, D. vous le rendra ! »Enrico a choisi Los Angeles, là où il se sent bien, pour célébrer ses 80 ans. Sur la scène du « Sabban Theater », l’ambiance est à son comble. Lui et sa guitare, accompagné de ses musiciens, il fait le show plus que jamais et donne tout le meilleur ; ça chante, ça danse, le théâtre de Beverly Hills résonne dans toute la ville. FREQUENCE JUIVE & Enrico sont en direct live: Profitez de notre entrevue avec ce légendaire chanteur oriental de toutes les générations.

Interviews Exclusives

Du croquis à la réalité, Yves B. design réalise tous vos projets

Fort de 20 ans d’expérience, Yves est aux petits soins avec ses clients. Né à Marseille, Yves s’est toujours senti artiste et a toujours été proche de sa communauté. Sa sensibilité pour le dessin le fera parcourir plusieurs destinations. Aujourd’hui, à Los Angeles, Yves B. Design est la pointure de l’ameublement sur mesure.

Interviews Exclusives

Schnitzly Le Schnitzel au goût du jour

Ifat, une jeune femme pleine d’entrain, reprend les rennes d’un des best-sellers de Pico bd à Los Angeles. Mère de deux jumeaux, la restauration ne lui fait pas peur. La nouvelle patronne aspire à une grande réussite.

Interviews Exclusives

Jérôme Sebag, le groove dans la peau !

Né à Grenoble, étudiant en droit, il est musicien depuis toujours. Grâce à sa bonne oreille musicale, il écrit son premier répertoire sur la Côte d’Azur pendants ses petits boulots d’été, et l’histoire commence là. L’équipe de FREQUENCE JUIVE l’a remarqué sur les réseaux sociaux avec son clavier, sa voix et son groove, au bord d’une terrasse de Miami Beach. Aujourd’hui, il vit internationalement sa musique et garde Miami en détente, pour passer ses soirées floridiennes ambiancées et ses Shabbat avec des amis de la communauté.

Interviews Exclusives

David Pilcer, L’homme qui valait… des caisses de vin

L’aventure DAVIS CRATES est née il y a 5 ans à Venice Beach. Ayant eu un grand-père ébéniste et des parents commerçants, ce jeune artiste ne le savait pas encore, mais sa passion pour les caisses en bois allait très vite devenir son business.

Interviews Exclusives

Le Talmud-Thora du JFCC avec Rav Tal Perez

Depuis la création du JFCC, notre préoccupation principale a toujours été la transmission des valeurs de la Thora à nos enfants. En effet, après de multiples échanges avec des parents expatriés, nous avons réalisé que beaucoup de familles rencontraient des difficultés durant leur insertion aux Etats-Unis de par la rigidité du système scolaire. En général, les français optent plus pour des écoles publiques, vu le coût élevé des écoles privées, d’où l’urgence d’établir un système capable de donner aux enfants les valeurs et les connaissances basiques du Judaïsme. Basés sur le modèle français du Talmud Thora, nous utilisons le matériel et les livres du consistoire de France.

Interviews Exclusives

LA STAR DU MAG : FRANCKY PEREZ UNE VRAIE RÉFÉRENCE DANS NOTRE COMMUNAUTÉ

Élu en France pendant plusieurs années consécutives « Meilleur animateur de la fréquence juive », c’est avec un grand honneur, aujourd’hui, que le magazine FREQUENCE JUIVE donne la parole au célèbre animateur de la communauté. Encore présent en France et en Israël, il anime avec succès de nombreuses soirées communautaires et de grandes réceptions. Mais pourtant, sa vie est ailleurs, de l’autre côté de l’Atlantique, là ou il vit, avec sa femme et ses enfants. Francky prend le micro et nous raconte son parcours ; comment il est arrivé ici, à Los Angeles, là où selon lui, le rêve est encore possible. « One two, one two :-) C’est parti ! Commençons par le début… »

Interviews Exclusives

RAV TAL PEREZ, LE RAV QUI FAIT AIMER LE JUDAÏSME

Depuis un peu plus d’un an, le Centre Communautaire Francophone De Los Angeles a ouvert ses portes aux juifs français de Los Angeles, une communauté fabuleusement grandissante. Avec toute l’envie et la motivation de ce jeune Rav, Rav Perez s’est lancé. L’espace du centre a déjà doublé de volume et accueille déjà des centaines de personnes pendant Shabbat et les fêtes BH’.

Interviews Exclusives

Good vibes Joyce Azria, l’exemple de notre communauté

Initiée par son père, cette jeune et talentueuse entrepreneuse de 36 ans, aujourd’hui Baal Téchouva, nous recoit chez elle, dans un quartier orthodoxe de Los Angeles. C’est avec une profonde émotion qu’elle nous témoigne de sa vision d’artiste, spirituellement épanouie depuis qu’elle s’est rendu compte que devenir religieuse, c’est encore mieux qu’avant. Elle répond à nos questions avec beaucoup d’intérêt pour la communauté, et nous transmet ses bonnes énergies.