Fréquence Juive Magazine

Mme Firestone, ancien membre du conseil d'administration du musée, est une conférencière assidue du musée de l’Holocauste de Los Angeles. Née Renée Weinfeld en 1924 à Uzhgorod, en Tchécoslovaquie, elle est une survivante d'Auschwitz et d'une marche de la mort. Firestone et d'autres prisonniers ont été libérés par les Russes en 1945. Après la guerre, Renée est retournée à Prague où elle s'est mariée et a eu une fille. Les Firestone se sont installés aux États-Unis en 1948, et Renée est devenue une créatrice de mode prospère dont les pièces font désormais partie de la collection permanente du LACMA. Elle a reçu un prix de leadership du United States Holocaust Memorial Museum et est apparue dans plusieurs documentaires sur l'Holocauste. Fréquence Juive et Renée, en face à face virtuel, interview exclusive, c’est parti !Firestone, a former museum board member, has been a dedicated speaker at the museum. Born Renee Weinfeld in 1924 in Uzhgorod, Czechoslovakia, she is a survivor of Auschwitz and a death March. Firestone and other prisoners were liberated by the Russians in 1945. After the war, Renee returned to Prague where she got married and had a daughter. The Firestones moved to the United States in 1948, and Renee became a successful couture fashion designer whose pieces are now part of LACMA’s permanent collection. She has been honored with a leadership award by the United States Holocaust Memorial Museum and has appeared in several Holocaust documentaries. Fréquence Juive and Renée, virtual face to face, exclusive interview, here we go !


Fréquence Juive :
« Croyez-vous en D. ? »

Renée Firestone :
« D-ieu est pour moi, uniquement quelque chose que j'imagine. Et D-ieu est le Créateur de l'univers. Je ne peux pas L'imaginer en tant qu'être humain. Donc je ne pense pas à l'image de D-ieu. Je pense simplement à cette puissance qui nous a créés et qui a créé tout ce qui nous entoure. »

Fréquence Juive :
« Ressentez-vous de la haine envers les allemands ? »

Renée Firestone :
 « Je n'utilise pas le mot haine et je ne juge pas les gens collectivement. Il y avait des nazis, que je… Je n'aimais pas ou souhaitais qu'ils ne soient pas nés mais euh… je ne juge pas collectivement, je ne pense pas que tous les allemands étaient mauvais ou que tous les allemands voulaient nous tuer… Alors moi, je juge les gens individuellement, à partir de ce que je sais d’eux, ce que je ressens pour eux »

« Je n'utilise pas le mot haine et je ne juge pas les gens collectivement ».
Fréquence Juive :
« Do you believe in G-d ? »

Renée Firestone :
« G-d is something to me that is only something I imagine. And G-D is a Creator of the universe. I cannot imagine Him as a human being. So I don’t think about the image of G-d. I just think of this power that created us and created everything around us. »

Fréquence Juive :
«  Do you hate Germans ? »

Renée Firestone :
« I do not use the word hate and I don’t judge people collectively. There was some nazis, that I … disliked or wished they were not born but umm I don’t judge collectively i dont think all germans were bad or all germans will kill us … so I, I judge people individually what i know about them what i feel about them »

« I do not use the word hate and I don’t judge people collectively ».



Fréquence Juive :
« Qu’avez-vous emporté dans votre valise pour Auschwitz ? »

Renée Firestone :
« Eh bien, ils nous ont dit, vous savez, la taille de la valise et la place dans la valise… , c’était très petit. Donc, je savais que j’allais avoir besoin de sous-vêtements et je savais que j'allais porter la même robe ou la même tenue pendant longtemps, alors nous n'avons pris que très peu d'affaires. Je me rappelle avoir pris une brosse et un peigne et je savais que j’aurais besoin de sous-vêtements. Mais je me souviens surtout que je voulais vraiment emporter avec moi un maillot de bain, un maillot de bain que mon père m'avait rapporté d'un de ses voyages d'affaires quelques années plus tôt. Et, euh… j'étais très fan de ce maillot de bain pour plein de raisons. Tout d'abord, c'était un bel ensemble, il était fait d'un tissu que nous n'avions pas vu auparavant, c'était un tissu extensible - avec un bel imprimé dessus. Et je tenais ce maillot de bain en essayant de le mettre dans la valise, et je me souvenais : J'avais peut-être 16 ans quand mon père me l'avait donné ; et comment je le portais dans la piscine.


Fréquence Juive :
« What did you bring to Auschwitz ? »

Renée Firestone :
“ Well, they told us, you know, the size of the suitcase and the space in the suitcase…, it was very small. So, I knew I was going to need underwear and I knew I was going to be wearing the same dress or outfit for a long time, so we took very little. I remember taking a brush and a comb and I knew I would need underwear. But most of all I remember that I really wanted to take a bathing suit with me, a bathing suit that my father had brought me from one of his business trips a few years earlier. And, uh… I was a huge fan of this swimsuit for so many reasons. First of all it was a nice set, it was made of a fabric we hadn't seen before, it was a stretchy fabric - with a nice print on it. And I was holding this bathing suit trying to put it in the suitcase, and I remembered: I was maybe 16 when my father gave it to me; and how I wore it in the pool.

« Je pense simplement à cette puissance qui nous a créés et qui a créé tout ce qui nous entoure »« I just think of this power that created us and created everything around us »




Et comment les garçons m'écoutaient. Tous ces souvenirs revenaient quand je tenais ce maillot de bain. Et je savais que je devais l'emporter avec moi, je savais que si j'avais des ennuis, ou si j'étais malade, tout ce que j'avais à faire était de regarder ce maillot de bain, alors je me souviendrais de tous ces merveilleux moments… Mais il n'y avait pas le choix, le maillot de bain était tout petit, et déjà emballé. Alors je suis allée dans la salle de bain, et j'ai mis le maillot de bain, sous ma robe, et c'est comme ça que je suis partie. »

"Dimensions in Testimony" de l'USC Shoah Foundation - Association fondée en 1994 par Steven Spielberg pour recueillir et conserver les témoignages de survivants et d'autres témoins de l’Holocauste - offre aux visiteurs la seule possibilité à Los Angeles d'avoir une conversation virtuelle "en tête-à-tête" avec un survivant de l'Holocauste.
L’Holocaust Museum LA accepte désormais les réservations à l'avance pour "Dimensions in Testimony".

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du Musée de l'Holocauste .

« Lorsque nous étions dans des wagons à bestiaux, mon frère n’était déjà plus avec nous. Le voyage jusqu’à Auschwitz fut horrible, le wagon était plein à craquer et nous n’avions que très peu d’espace pour respirer.
And how the boys listened to me. All those memories came flooding back when I was holding that bathing suit. And I knew I had to take it with me, I knew that if I got in trouble, or if I was sick, all I had to do was look at that bathing suit, so I would remember all these wonderful moments… But there was no choice, the bathing suit was very small, and already packed. So I went into the bathroom, and I put the bathing suit on, under my dress, and that's how I left. »

USC Shoah Foundation* ’s “Dimensions in Testimony”, giving visitors the only opportunity in Los Angeles to have a virtual “one-on-one” conversation with a Holocaust survivor. Holocaust Museum LA is now accepting advance reservations for “Dimensions in Testimony.”

For additional information, visit Holocaust Museum website.

USC Shoah Foundation* was established in 1994 by Steven Spielberg to collect and preserve the testimonies of survivors and other witnesses of the Holocaust.

"And we heard the cries and cries of those people they were killing".

Il y avait un seau débordant qui était censé être notre pot sanitaire, ce qui rendait l’odeur encore plus suffocante. Il n’y eut pas de distribution de nourriture ni d’eau, pendant plus de trois jours."

« Et nous entendions les cris et pleurs de ces gens qu’ils tuaient."

La nuit, le train s’arrêtait et les nazis frappaient sur les parois en criant que celui qui cacherait des objets de valeur ou de l’argent serait immédiatement abattu. Et nous entendions les cris et pleurs de ces gens qu’ils tuaient. Je me souviens de cette vieille dame qui pleurait devant son médaillon de famille dont elle devait se séparer pour ne pas être tuée. »

Copyright : RENEE FIRESTONE - USC SHOAH FOUNDATION

.
“When we were in cattle cars, my brother was no longer with us. The trip to Auschwitz was horrible, the train car was packed and we had very little room to breathe. There was an overflowing seal that must have been our sanitary jar, which made the smell even more suffocating. There was no distribution of food or water for more than three days. At night, the train stopped and the Nazis banged on the walls shouting that whoever hid valuables or money would be shot immediately. And we heard the cries and cries of those people they were killing. I remember this old lady who cried in front of her family medallion from which she had to part to avoid being killed. »

Copyright : RENEE FIRESTONE - USC SHOAH FOUNDATION

.

Recent Reviews

MINCIR SANS S'AFFAMER

9.3

Mincir sans pour autant s'affamer, ni déprimer ? Maigrir sans compter les calories ? Pour beaucoup, cela reste un rêve inaccessible, une parfaite utopie. Et pourtant, la recherche du plaisir reste le maître mot d’un régime réussi. Mieux vaut perdre du poids très lentement et sans difficulté que rapidement et en souffrant. Mais perte de poids ne signifie pas forcément perte du plaisir, à condition d’accepter d’oublier un grand nombre de nos habitudes de vie.

Courrier des lecteurs

TEMOIGNAGE

TEMOIGNAGE

Renée Firestone, Une survivante de 97 ans

Mme Firestone, ancien membre du conseil d'administration du musée, est une conférencière assidue du musée de l’Holocauste de Los Angeles. Née Renée Weinfeld en 1924 à Uzhgorod, en Tchécoslovaquie, elle est une survivante d'Auschwitz et d'une marche de la mort. Firestone et d'autres prisonniers ont été libérés par les Russes en 1945. Après la guerre, Renée est retournée à Prague où elle s'est mariée et a eu une fille. Les Firestone se sont installés aux États-Unis en 1948, et Renée est devenue une créatrice de mode prospère dont les pièces font désormais partie de la collection permanente du LACMA. Elle a reçu un prix de leadership du United States Holocaust Memorial Museum et est apparue dans plusieurs documentaires sur l'Holocauste. Fréquence Juive et Renée, en face à face virtuel, interview exclusive, c’est parti !

TEMOIGNAGE

SHOAH : LE TÉMOIGNAGE DE Michèle Rodri

Son père était de Cracovie, elle est petite fille de Cohen, cadette de ses trois frères qu’elle aimait tant. Michèle a 7 ans et demi. Elle est pleine d’innocence, elle joue avec ses amis devant la porte de sa maison de Neuilly-sur-Seine. Soudain, un camion s’arrête devant chez elle. Elle est la seule à porter l’étoile de David. Ils la jettent dans le camion, sous les yeux terrifiés de ses parents qui ne savent pas quand ils la reverront, puis la laissent partir, direction Drancy. Aujourd’hui, à 86 ans, Michèle témoigne dans Fréquence Juive de l’horreur qu’elle a pu vivre.

SUBSCRIBE TO NEWSLETTER!
Subscribe now!