Fréquence Juive Magazine

S'il y a bien quelque chose d'important dans la vie d'un juif, c'est le mariage. Depuis la naissance, les mères juives disent à leurs enfants : " Que D. fasse que tu rencontres une femme douce, belle et gentille, et surtout, une bonne juive au top du top ! Qui va épouser mon fils ? " Le mazal qui nous est attribué a-t-il quelque chose à voir avec notre comportement, la famille dans laquelle on vit, nos origines, notre éducation ? comment savoir si c'est le bon ou la bonne ? Les réponses & conseils de Rina.If there is something important in the life of a Jew, it is marriage. Since birth, Jewish mothers tell their Jewish mothers have been saying to their children: "May G-d make you meet a gentle, beautiful and kind woman, and above all, a good Jewish woman at the top of her game! Who will marry my son?"
Does the mazal we are assigned have anything to do with our behavior, the family we live in, our origins How do we know if it's the right one? The answers & advice from Rina.
"Well, you say YES!" - Elie Kakou



Avant la rencontre

La prise de contact



Dans un premier temps, c’est la chadhanit* qui transmet les informations de l’un à l’autre. De nos jours, les références requises pour chacun font l’objet d’un réel curriculum vitae. En général, elle demande à chacun des partenaires de décrire ce qu’il/elle fait dans la vie, où il/elle étudie, ses origines, sa famille, ses amis, ses fréquentations. Cette approche est la condition sine qua non pour la réussite d’un chidoukh. Cette étape élimine tout éventuel échec au moment de la rencontre. Les attentes de chacun doivent correspondre, dans les grandes lignes, avant la rencontre. La chadhanit intervient lors de la prise de contact, la prise du premier rendez-vous, et peut également rester présente pour guider le couple vers la bonne décision, durant au moins les quatre ou cinq rendez-vous suivants, si cela est nécessaire.

Before the meeting

Making contact



At first, it is the shadshan* which transmits information from one to the other. of our days, the references required for each are the subject of a real curriculum vitae. In general, she asks each partner to describe what he/she does for a living, where he/she studies, where he/she comes from, his family, his friends, his associates. This approach is the sine qua non for success of a shidduch. This step eliminates any possible failure at the time of the meeting. The expectations of each must correspond, in outline, before the meeting. The chadhanit occurs when making contact, making the first appointment, and can also remain present to guide the couple towards the right decision, during at least the next four or five appointments, if this is necessary.

A Shiddukh* is a connection.



Un Chiddoukh*, c’est une connexion.

Hachem a créé le monde, puis les chidoukhim - connexions - entre les êtres humains mais pas seulement pour des mariages. Hachem créa également leurs relations dans les affaires, notamment celles entre vendeurs et acheteurs, entre un docteur et ses patients, par exemple. Ceci s’appelle aussi un chiddoukh.

L’importance de la prière et des segoulot



Il est indispensable de prier tout le temps pour obtenir de bons zivoug*. C’est tellement important ! Changer de métier, changer de maison, ça va, ça vient ! Mais changer de femme ou trouver un mari, c’est pour la vie. D’autre part, prier pour un(e)autre célibataire représente une grande segoula*. Celui qui prie pour son prochain alors que lui-même a le même besoin, se voit exaucé en premier.

Balayer ses exigences non-constructives en amour



Souvent, nous nous fixons sur l’image parfaite du partenaire idéal. Cela veut-il dire que notre mazal* sera exactement comme on l’avait imaginé ? Eh bien non ! Dans nos pensées, nous pouvons tout imaginer, alors qu’il nous serait possible de fermer les yeux sur quelques traits de caractère ou défauts qui nous chagrinent, et être très heureux/se en couple.

Trois critères de sélection



Il faut penser que si le partenaire remplit les trois conditions primordiales de notre choix, nous pourrons alors considérer qu’il s’agit du bon match. Cependant, malgré ces trois critères, nous ne sommes jamais sûrs d’avoir trouvé la bonne personne, jusqu’au jour du mariage. Il arrive parfois, que des femmes, un mois avant le mariage, changent d’avis et cassent leur relation, à cause des doutes, de l’inquiétude et des incertitudes qu’elles ressentent.

Oui aux conseils, mais seulement venant de personnes expérimentées.



Doit-on se faire conseiller avant la rencontre ? Par qui ? Cela peut-il influencer notre choix ? Oui dans la plupart des cas. Les jeunes devraient écouter les conseils des personnes plus âgées ou déjà mariées.

L’amour en hébreu, c’est Ahava, c’est donner. Plus on donne, plus on aime.

Le jour J



La première impression… la bonne ?



Avant le premier rendez-vous, les préparatifs ont un rôle majeur, quant au choix du célibataire : l’hygiène, la tenue vestimentaire, l’allure, tout compte. Pendant les dix premières minutes, c’est ce que les deux personnes vont enregistrer l’une de l’autre, pour la vie.
D’autres vous diront que la première impression n’est jamais la bonne. Il est évident que l’homme et la femme doivent s’attirer physiquement ; c’est primordial et très important pour qu’ils aient des enfants. Mais quelques fois, ils s’entourent d’une carapace. L’anxiété qu’ils ressentent crée, chez eux, une personnalité différente de celle qu’ils ont vraiment. Au premier rendez-vous, la personne en face n’est pas si naturelle. C’est pourquoi dans le doute, à part dans le cas d’une répulsion, il serait judicieux de donner une seconde chance au chidoukh, en organisant un autre rendez-vous.


Hashem created the world, then the Shidduchim - connections - between human beings but not only for weddings. Hashem also created their business relationships, including those between sellers and buyers, between a doctor and his patients, for example. This is also called a shidduch.

The importance of prayer and segulot



It is essential to pray all the time to obtain good zivug*. It is so important! Changing jobs, changing homes, it's ok, it's coming! But to change a wife or find a husband, it's for life. On the other hand, praying for another celibate represents a great segoula*. The one who prays for his neighbor when he himself has the same need, is granted first.

Sweep away non-constructive demands in love



Often, we fixate on the perfect image of the ideal partner. Does this mean that our mazal* will be exactly as we had imagined? Well no ! In our thoughts we can do anything imagine, while it would be possible for us to close our eyes to a few character traits or faults who grieve us, and be very happy as a couple.

Three selection criteria



We must think that if the partner fulfills the three primordial conditions of our choice, we can then consider that it is the right match. However, despite these three criteria, we are never sure we have found the right person, until the day of the wedding. It sometimes happens that of women, one month before the wedding, change their minds and break their relationship, because of doubts, the worry and uncertainty they feel.

Yes to advice, but only from experienced people.



Should we get advice before the meeting? By who ? Can this influence our choice? Yes in the most cases. Young people should listen to the advice of older or already married people.

Love in Hebrew is Ahava, it is giving. The more we give, the more we love.

D-Day



The first impression… the right one?



Before the first meeting, the preparations have a major role, as for the choice of the bachelor: hygiene, clothing, appearance, everything counts. For the first ten minutes, that's what the two people will save each other, for life.
Others will tell you that the first impression is never the right one. It is obvious that the man and the woman must be physically attracted to each other; it is essential and very important for them to have children. But sometimes, they surround themselves with a shell. The anxiety they feel creates in them a personality different from the one they really have. On the first date, the person opposite is not so natural.

Segoulot pour trouver son mazal :
- Payer les frais de jeunes mariés nécessiteux (robe, évènement, aide financière pour démarrer, etc…)
- Réciter chaque jour, le psaume 121 avec ferveur.
- Lire le psaume 72 le jour de Toubéav (15 Av) - fête des amoureux - jour propice aux prières pour demander à Hachem de nous faire rencontrer rapidement notre destiné(e).
Segoulot to find your mazal :
- Pay the expenses of needy newlyweds (dress, event, financial assistance to start, etc ...)
- Recite psalm 121 with fervor every day.
- Read Psalm 72 on the day of Tubeav (Av 15) - feast of lovers - day conducive to prayers for ask Hashem to make us quickly meet our destiny.





Finalement, le but étant de trouver chaussure à son pied, il faut rester naturel(le), tout en reflétant l’image la plus proche de celle idéale que l’on a soi-même. Conseil : apprendre à bien se connaître avant de vouloir se marier :)

Ne pas compter sur un radical changement



Et s’il / elle ne nous plaît pas ? S’il est petit, si elle est nerveuse, s’il est avare, si sa vision est trop négative… À court terme, ces traits de caractères ou détails physiques ne peuvent pas radicalement changer. À long terme, une femme peut travailler sur quelques améliorations sur le caractère moral ou physique de son mari, et inversement. Mais, cela n’agit seulement que sur des facettes minimes de cette personne.

Lorsqu’une fille rencontre un garçon, elle doit savoir trois choses :

KISSO : Sa bourse - son Argent - Comment il se comporte avec l’argent
KOSSO : Son verre - Comment il se comporte vis-à-vis de l’alcool
KASSO : Sa colère - Comment il se comporte lorsqu’il est énervé


Savoir si c’est le/la bon(ne)



On ne décide pas vraiment qui est le bon zivoug, et d’ailleurs personne n’a ce réel pouvoir d’union parfaite, excepté Celui qui en a décidé ainsi. Le seul indice qui pourrait, d’emblée, nous faire pencher vers le oui, serait de répondre « oui » à la question suivante : « Est-ce que j’ai envie de revoir cette personne ? »

Le challenge



Souvent, il existe une très grande différence sociale, financière, religieuse et parfois, un écart d’âge trop important entre les deux partenaires. La plupart du temps, ces incompatibilités interfèrent directement dans le choix du partenaire, d’où l’intérêt, au préalable, de la prise de contact avant le rendez-vous. Evidemment, tout dépend de chaque cas - des couples avec 10 ans d’écart peuvent très bien s’entendre ! Le degré de religiosité agit également sur la bonne entente du couple et l’éducation qu’ils donneront ensuite à leurs enfants. Une femme tsadekette* qui épouse un rachat, peut faire de son mari un tsadik* - pas évident dans l’autre sens. Certains même, conviennent d’un deal avant le mariage. Le plus important est de s’accepter mutuellement avant de signer la ketouba.

« Avant de trouver notre mazal, nous sommes tous au même niveau »

L’engagement, c’ est sur la ketouba



« Au premier regard, ce fut le coup de foudre !… puis il s’est mis à genou, et nous nous sommes fiancés. » Le coup de foudre dans la Torah, ne veut pas dire grand-chose, puisqu’il s’agit d’une étincelle. On ne peut pas construire une vie essentiellement basée sur une étincelle. Ce qui fait l’acte d’engagement, c’est la signature de la ketouba*. Les fiançailles ne sont pas vraiment ce qui compte au niveau de la Torah. Ce qui compte, c’est la façon dont le mariage grandit, jour après jour.
This is why in doubt, except in the case of repulsion, it would be wise to give the shidduch a second chance, by arranging another meeting.
Finally, the goal being to find a shoe that fits, you have to remain natural, while reflecting the image closest to the ideal that one has of oneself. Tip: get to know each other well before you want to get married :)

Don't count on radical change



What if we don't like him/her? If he is small, if she is nervous, if he is miserly, if his vision is too negative… In the short term, these character traits or physical details cannot radically change. In the long term, a woman can work on some improvements in moral character or body of her husband, and vice versa. But, this only acts on minimal facets of this person.

When a girl meets a boy, she should know three things:

KISSO: His purse - his Money - How he behaves with money
KOSSO: His glass - How it behaves towards alcohol
KASSO: His anger - How he behaves when he is angry


Knowing if it's the right one



We do not really decide who is the right zivug, and besides, no one has this real power of union perfect, except the One who has so decided. The only clue that could, from the outset, make us lean towards yes, would be to answer “yes” to the following question: “Do I want to see this nobody ? »

The challenge



Often, there is a very big social, financial, religious difference and sometimes, an age gap too important between the two partners. Most of the time, these incompatibilities directly interfere in the choice of the partner, hence the interest, beforehand, of making contact before the appointment. Of course, it all depends on each case - couples 10 years apart can get along very well! The degree of religiosity also acts on the good understanding of the couple and the education they will give. then to their children. A tzaddika woman* who marries a redemption, can make her husband a tzaddik* - not obvious the other way around. Some even agree to a deal before the wedding. most important is to accept each other before signing the ketubah.

"Before finding our mazal, we are all on the same level"

Commitment is on the ketubah



“At first sight, it was love at first sight! … then he got down on his knees, and we engaged. The thunderbolt in the Torah does not mean much, since it is a spark. One cannot build a life essentially based on a spark. What does the act of commitment, it is the signature of the ketubah*. Engagement isn't really what matters Torah level.

Plus tu donnes, plus tu reçois !

Rina Baubot

Lexique :

* Chidoukh : rencontre entre deux personnes en vue de se marier.
* Chadhanit : personne chargée de trouver les deux personnes qui vont se correspondre et d’organiser leur rencontre.
* Segoula / segoulot : action - souvent une prière - recommandée ayant une capacité irrationnelle de protection allant dans le sens que l’on désire, sans aucun caractère mystique ou superstitieux.
* Tsadik/ tsadekette : personne exceptionnellement bonne et juste.
* Mazal : chance / étoile / destinée d’une personne. Littéralement couler, découler.
* Zivoug : âme-soeur.

.
What matters is how the marriage grows, day by day. The more you give, the more you receive!

Rina Baubot

Glossary: ​​

* Sidduch: meeting between two people with a view to getting married.
* Shadshanit : person responsible for finding the two people who will match and organize their meeting.
* Segula / segulot: action - often a prayer - recommended having an irrational capacity to protection going in the direction you want, without any mystical or superstitious character.
* Tsaddik/ tzaddika: exceptionally good and just person.
* Mazal: luck / star / destiny of a person. Literally flow, flow.
* Zivug: soul mate.

.

Courrier des lecteurs

SUBSCRIBE TO NEWSLETTER!
Subscribe now!