Fréquence Juive Magazine

Analyse et commentaires de Joëlle Ganhem

(ch2v, 4)  « Telles sont les origines du ciel et de la terre, lorsqu’ils furent créés ; le jour où L’Eternel Dieu (Avaye Elohim) fit une terre et un ciel. »

(ch2v, 9) L’Eternel Dieu (Avaye Elohim) fit pousser du sol toutes espèces d’arbres, beaux à voir et propres à la nourriture ; et l’arbre de vie au milieu du jardin, avec l’arbre de la connaissance du bien et du mal. »

(v, 15)  Havayé- Elohim prit l’homme ; l’établit dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le préserver.  (v, 16) L’Eternel Dieu donna un ordre À l’homme, en disant : ’’Tous les arbres du jardin, tu peux t’en nourrir,(v 17) mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, du jour où tu en mangeras, tu devras mourir ‘‘(v 18) Havayé- Elohim dit : ‘’ Il n’est pas bon que l’homme soit solitaire, je lui ferai une aide à ses côtés’’.



(v, 22)  Havayé-Elohim édifia en femme la côte qu’il avait prise à l’homme, et la présenta à l’homme. (v, 23) Et l’homme dit : ‘’ Cette fois c’est un os de mes os et la chair de ma chair ; celle-ci sera nommée ICHA (femme) parce qu’elle a été prise de ICH (l’homme).’’

(v, 25) Or tous les deux étaient nus, Adam et sa femme, et ils n’en conçurent point de honte.

(ch3v, 1) Le serpent était rusé, plus qu’aucun des animaux terrestres qu’avait faits Havayé-Elohim. Il dit à la femme : ‘’Est-ce que Elohim a dit : ‘’Vous ne mangerez rien de tous les arbres du jardin ?’’ (v, 2) La femme répondit au serpent : ’’ Les fruits des arbres du jardin, nous pouvons manger ; (v, 3) mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Elohim a dit : Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sous peine de mourir.’’ (v, 4) Le serpent dit à la femme : ‘’ Non, vous ne mourrez point. (v, 5) Car Elohim sait que du jour ou vous en mangerez, vos yeux seront dessillés, et vous serez comme Elohim, connaissant le bien et le mal.’’ (v, 6) La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à l’œil, et précieux pour l’intelligence ; elle prit de son fruit et en mangea, puis en donna à son époux et il mangea. (v, 7) Et leurs yeux à tous deux se dessillèrent, et ils surent qu’ils étaient nus ; et ils cousirent des feuilles de figues et s’en firent des pagnes. »

Analyse



Dans ce chapitre apparait en toutes lettres et pour la première fois, le Tétragramme Youd, Hé, Vav, Hé en tant que dénominateur de D-ieu, Elohim.
Le Nom Divin est né au verset 4. Si jusqu’à présent nous avions eu à faire à un D.ieu Créateur (Elohim), désormais nous allons avoir affaire à l’intervention divine dans l’Histoire de l’humanité.
On peut s’étonner que la première faute de l’humanité soit appelée, la faute d’Adam,  alors que c’est Hava qui en est l’auteur principal. C’est à elle que s’adressera le serpent, et c’est elle qui mangera le fruit interdit, et c’est encore elle qui obligera Adam à en manger.

Cette faute aurait dû porter son nom !

Où se trouvait Adam pendant tout ce temps, que faisait-il pendant que se jouait leur avenir ?
Nos sages répondront : « il faisait la sieste à l’ombre d’un arbre ».

Avant la faute, la femme avait une puissance inimaginable. D-ieu l’avait choisie pour incarner l’énergie divine la plus puissante. Elle s’appelait d’ailleurs Icha, que l’on peut décomposer en Ech Hé, le feu Divin. Adam, en l’épousant, changea de nom et s’appela Ich.

C’est la capacité de vivre avec le feu et de l’atténuer, sans se brûler, qui confère à l’homme son statut d’Homme.
Le nom, Adam a 45 pour valeur numérique, c’est également celle du Tétragramme divin écrit en toutes lettres. 
Youd : youd, vav, dalet = 10 + 6 + 4 = 21
Hé : hé, aleph = 5 + 1 = 6
Vav : vav, aleph, vav = 6 + 6 = 12
Hé : hé, aleph = 5 + = 6
45
En écrivant le Nom ainsi on dévoile l’intériorité  des lettres divines.
Si le nom est écrit avec ses seules initiales Youd, Hé, Vav, Hé, seule l’extériorité des lettres divines sera dévoilée. Sa valeur numérique est alors 26.
Il est intéressant de noter que la différence entre ces deux chiffres est égale à 19 (45-26), correspondant à la valeur numérique du nom Hava.

Commentaires



En appelant l’homme ’’Ich’’ (homme marié), on dépeint le plus haut niveau de l’homme qui grâce à l’énergie du feu apportée par sa femme acquiert la possibilité d’utiliser tout le potentiel des forces des quatre éléments. Il peut ainsi, dévoiler en lui, l’intériorité des lettres du Tétragramme.
Adam dit, en voyant Hava pour la première fois : «  C’est l’os de mes os ».
Etsem (os) est à prendre ici selon son sens premier : « essence ». Adam reconnut que son épouse était l’essence de sa propre essence.
Malheureusement, il ne fut pas à la hauteur de la mission pour laquelle il avait été créé : maîtriser l’énergie du feu. Désormais, c’est Hava qui va devenir dominante dans leur couple car, lui, ‘’il dormait’’.
Il est donc responsable de la faute qui s’appellera la faute d’Adam.
Adam ne fut pas à la hauteur de la mission pour laquelle il avait été créé

Les deux lettres du tétragramme, Youd et Hé se retrouvent dans les noms Ich et Icha . A eux deux, ils possèdent la moitié du Nom Divin. D-ieu les a, en quelque sorte, créés incomplets, car il leur manque l’autre moitié du Nom, le Vav et le Hé.

(Ch. 2 v, 25) « Ils étaient nus (aroumim) Adam et sa femme, et ils n’en conçurent point de honte ».

Lexique:



*Ich = un homme

*Adam = être humain - homme

*Machiah = Messie - Le Roi Machia’h1 se lèvera un jour pour rétablir la royauté de David en son état, comme lors de son institution, et il reconstruira le Temple, et il rassemblera les exilés d’Israël.

*Nahach = serpent

*Sephira / *Sephirot = Les dix puissances créatrices énumérées par la Kabbale dans son approche mystique du mystère de la Création. Chaque Sephira est l'émanation d'une énergie du D. Créateur. Ces puissances divines manifestent dans la création du monde fini le Pouvoir Suprême du En Sof, l'Infini. Les traités de Kabbale présentent souvent les Sephiroth sous la forme d'un Arbre de Vie.

*Ari = Le lion

*Sidra / *sidrot = Le terme sidra est utilisé à plusieurs reprises dans le Talmud et semble être lié au concept de seder , qui signifie « ordre »

*Vayechev = Neuvième paracha (section hebdomadaire) du cycle annuel juif de lecture de la Torah.

*Mikets = dixième paracha (section hebdomadaire) du cycle annuel juif de lecture de la Torah.

*Vayigach = onzième paracha (section hebdomadaire) du cycle annuel juif de lecture de la Torah.

*Vayehi = douzième paracha (section hebdomadaire) du cycle annuel juif de lecture de la Torah et la dernière paracha du Sefer Bereshit (Livre de la Genèse).





Rachi nous dit : « Ils étaient nus des deux lettres du nom divin. »
Le Ari explique que dans les quatre lettres du tétragramme, le youd et le Hé représentent l’essence de D-ieu et le Vav, Hé représentent D-ieu agissant dans le monde. Ces deux dernières lettres sont appelées par nos Maîtres ‘’ l’habit de D-ieu ’’.
Adam et Hava avaient une relation avec D-ieu tel qu’IL est dans son essence. Cette relation faisait partie intégrante de leur être. Cependant, ils ne connaissaient pas encore D-ieu tel ‘’qu’Il s’habille’’ pour intervenir dans le cours de l’histoire : ils étaient nus du Vav, Hé.

Où se trouvaient les lettres manquantes ?...



(Ch.3 v, 1) ET LE SERPENT était rusé (aroum) plus qu’aucun des animaux terrestres qu’avait fait D-ieu, et il dit à la femme… ». VéHanahach (et le serpent) introduit les deux lettres manquantes, le Vav et le Hé ; le serpent les détenait. Le mot « aroum » rusé, signifie dans son sens premier, nu : il lui manquait les deux lettres Youd, et Hé. Le serpent avait une relation avec D-ieu, agissant (dix attributs) dans l’histoire vécue des hommes, mais il n’avait pas une relation avec Son essence.

Pourquoi la Torah, juxtapose-t-elle l’arrivée du serpent dans le verset nous apprenant qu’Adam et sa femme étaient nus? Quel est le rapport entre ces deux événements ?



On remarque qu’au moment où le serpent fait son apparition, la Thora n’appelle plus l’homme Ich*. N’ayant pas réussi à atténuer le feu en Hava, il a échoué dans son rôle d’époux, il s’appellera désormais Adam. Sa chute anticipe l’entrée du serpent dans l’histoire. Le serpent veut récupérer le youd et le Hé qu’il a vu en Adam et Hava. Il se dirige directement vers elle car il a conscience que Hava est l’élément fort du couple. Elle ne le chasse pas car elle aussi a vus dans le serpent, les lettres Vav et hé manquantes à son couple, et elle voudrait les lui reprendre. Mais, la Torah nous a prévenus que le serpent était très rusé. Il dit à Hava : « Tu veux que je te donne mes deux lettres ? Mange du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car c’est sous cette seule condition que je me transformerai en Machiah* et ainsi tu finaliseras le but de la Création, où le mal sera transformé en bien. »

Le mot Nahach* possède la même valeur numérique que celle du nom Machiah* : 358.Le Vav et le Hé sont appelés par les Sages, les lettres de la délivrance. Leur valeur numérique est 11, et ce chiffre fait allusion à la onzième Séfira*, le Kéter (couronne) qui une fois dévoilée, parachèvera le monde. Les Sages ajoutent : « le monde précédant la délivrance finale ressemblera à une royauté sans couronne ».

« Le mal sera transformé en bien »

Dans le verset : « ils étaient nus et n’en conçurent point de honte (hitbochéchou)», la Torah a fait une faute grammaticale en écrivant hitbochéchou elle aurait dû écrire hitbaïchou (honte). En fait, ce mot qui ne veut rien dire a pour racine Chech : 6, allusion au monde de l’éloignement. La Torah fait ainsi allusion au fait, qu’Adam et Hava n’étaient pas encore prêts à sortir du Paradis pour entrer dans l’histoire du monde. D-ieu également faisait allusion à cela lorsqu’IL ordonna à Adam de ne pas manger du fruit de l’arbre de la connaissance sous peine de mourir. Ils venaient d’être créés et n’étaient pas encore suffisamment rattachés à la source pour participer activement à l’Histoire de la Création.

Que représente cet arbre de la connaissance du bien et du mal ?



L’arbre était tov véra (bien et mal). La lettre Vav (et) qui introduit le ra (mal), est le symbole de la ligne, de l’éloignement du divin. Le mal qui est inhérent au vav, signifie que le phénomène de l’éloignement est le mal. L’arbre de la connaissance du bien et du mal représente la connaissance de l’Histoire de l’humanité, et cette l’histoire qui est linéaire éloignera obligatoirement de la source.

"D-ieu connaît trop bien la nature humaine »

Mais, cet arbre s’appelait également l’arbre de la connaissance du bien ! Ses fruits contenaient en eux à la fois, et des étincelles du bien et des étincelles du mal. D-ieu ne voulait pas qu’Adam et Hava expérimentent le mal avant d’avoir reçu les forces nécessaires contenus dans le Shabbat. Ils pouvaient l’étudier, le connaître, le comprendre, et l’enseigner mais sans s’affronter à lui. D-ieu connaît trop bien la nature humaine et la force du mal pour savoir qu’une fois que l’homme aura franchi un interdit, il le rendra permissible et se donnera toutes les bonnes excuses pour justifier sa mauvaise action. Le Ari nous révèle : « Si Adam et Hava, créés le sixième jour, symbole de l’éloignement, avaient attendu la fin du Shabbat, symbole du retour, D-ieu leur aurait donné l’autorisation de consommer le fruit de l’arbre de la connaissance» Le Shabbat les aurait reliés avec l’Essence divine et l’éternité, ils auraient pu transformer le mal en bien.



Il n’y aurait pas eu de séparation entre l’âme (Shabbat) et le corps (les six jours) et, la mort n’aurait pas existé.

       

.

Recent Reviews

HOMMAGE À MIREILLE KNOLL À BEVERLY HILLS

9.3

Paris, 23 Mars 2018. Un an après le meurtre de Sarah Halimi et une semaine après celui d’Arnaud Beltrame, Mireille Knoll, rescapée de la Shoah, a été retrouvée chez elle, poignardée à 11 reprises et brulée par son voisin musulman. La disparition violente de Mireille a suscité une vive émotion dans le monde entier, notamment dans la communauté juive de Los Angeles.

Courrier des lecteurs

PENSEE JUIVE

PENSEE JUIVE

BERECHIT La faute d’Adam

Analyse et commentaires de Joëlle Ganhem

PENSEE JUIVE

SPIRITUELLEMENT TICHRI, ROCH HACHANA : Le moment pour retrouver les vraies valeurs

L’homme fut créé à Roch Hachana. Et c’est en ce jour qu’il peut renaître. Nous avons la capacité en ce jour d’atteindre quasiment le même niveau que celui d’Adam Harichone avant la faute originelle !
Et c’est alors que nous pouvons procéder à de réelles transformations de notre personnalité.

PENSEE JUIVE

La Parnassa By Sarah Perets

Une des sources majeures de stress et d’angoisse dans les foyers est le souci de la Parnassa = la subsistance. Il suffit d’écouter les « AMEN » retentissants dès que le Rabbin de la synagogue bénit un fidèle pour le succès financier.

SUBSCRIBE TO NEWSLETTER!
Subscribe now!