Fréquence Juive Magazine

Daniel se livre à nous et libère son émotion à travers l’expression de ses sentiments les plus profonds. Sa passion, sa musique, sa création ne sont que le reflet de réalités criantes. Car pour lui, tout semble si clair, sa perception est si bienveillante qu’il nous invite dans son monde : celui où l’on se sent bien si l'on sait trouver sa place et rester authentique, celui où, malgré tout, l’on garde l’espérance d’une vie meilleure et plus douce. Fréquence Juive vous ouvre les portes : place au spectacle sentimental de Daniel Levi avec la sortie de son nouvel album « Grâce à toi ».

Fréquence juive : « Ta musique, comme tu le dis si bien, est le fruit d'un travail qui dépasse le contexte actuel, s’élevant au-delà de l'actualité qui pèse sur le milieu artistique. Alors, que reflète donc ce 7ème album ? »

Daniel : « Mon 7ème album, chiffre symbolique, annonce la fin d’un cycle, le début d’autre chose. Un artiste s’accomplit avec des oeuvres successives traçant sa trajectoire. Au-delà d’un contexte particulier, d’une actualité qui pèse, les artistes ont toujours su garder leur rôle de témoins de leurs époques. Ce qui en résulte ? cette menace qui s’ abat sur la terre, le monde hospitalier, que je tenais sincèrement à remercier, à travers des chansons tournées vers les autres, les relations que l’on a avec sa femme, sa mère, Son Créateur, ses amis ; les autres…

F.

J. : « Le titre de l'album « Grâce à toi », s'adresse-t-il à ta femme Sandrine ? Exprimes-tu une créativité née de votre expérience personnelle ? »

Daniel : « C’est une formidable chanson d’amour dont le texte est signé Ralph Adamson. Cette véritable ode à l’amour met en parallèle et en balance la beauté du monde et celle d’une femme. Je la dédie à la mienne, bien sûr !

F.J. : « Dans le titre "Les gens bien, c'est un aller sans retour, cette fois c'est le dernier tour"... Peux-tu expliquer qui sont ces gens ? »

Daniel : "Ce titre est le reflet-même de la philosophie de mon nouvel album ; voir le positif en chacun de nous. Ces gens bien représentent ceux qui, à la lueur de ce que l’on vit à l’échelle de la planète et du genre humain, sont capables d’en tirer des conclusions constructives ainsi que de bonnes réponses. Savoir élever son niveau de conscience, avoir un comportement plus proche de celui décrit dans les livres sacrés, une conduite qui fait d’un homme, un homme digne de ce nom, avec une éthique, une morale, un caractère solidaire, conscient de la présence Divine. Voilà ce que sont les gens biens. »

F.J. : « Dans l'émission "Stars à nu" sur TF1, on dit que l'on n'est que de passage. Être un passeur... quelle est la chose que tu voudrais voir rester ? »

Daniel : « Si cela me concerne personnellement, je pense que la meilleure chose que l’on puisse espérer de son vivant, afin qu’après notre passage nous ayons une bonne renommée, c’est quelque chose d’appréciable, une trajectoire et un comportement exemplaires, aller dans le bon sens sans se faire influencer par des courants contraires.

Un célèbre adage hassidique dit :

Dans un banc de poissons mené par le courant, il y a ceux qui sont vivants et ceux qui sont morts - et qui suivent, eux aussi, le courant - mais dans la masse, on ne voit pas qu’ils sont morts. Or, celui qui remonte le courant pour donner la vie, fait preuve d’une incroyable force et d’une vraie volonté face à l’adversité. Malgré les courants et les torrents opposés, il réussit à remonter et à donner la vie. C’est ça, décupler les forces* !




D’un point de vue plus général, je pense que nos expériences doivent nous amener à ne pas reproduire les mêmes erreurs, afin que l’histoire ne se répète pas dans ce qu’il y a de plus sombre, que la lumière de la paix, de la concorde et de l’amour de notre prochain soit notre héritage. »

F.J. : « Encaisser une épreuve, une nuit, une année, une vie. Qu'est-ce qui t'inspire le plus pour avancer ? »

Daniel : « L’épreuve est un formidable booster, un enjeu considérable. Cela fait mal, cela fait peur, mais cela nous rend tellement plus vivants. Nos sens sont sollicités, le plus profond de notre être est en suspend, en émoi. des pans de notre perception sont mis en évidence. L’idée que « la vie est un cadeau » est ce qui nous fait avancer. »

F.J. : « Accomplir, avancer, te battre, qu'est-ce qui fait danser ton cœur ? »

Daniel : « Une fois que l’on sait de quelle mission on a la charge, nous devons la mener à bien, et le plus haut possible. Dans l’adversité, il faut considérer que l’on va « décupler les forces* ». Ce qui fait danser mon coeur ; c’est de pouvoir porter la vie, de pouvoir assister au mariage de mes enfants ! »

F. J. : « Elle pourrait bien s'arrêter", dis-tu à propos de la Terre, "malgré qu'on ait vu s'effondrer tous ses glaciers, disparaître ses forêts, les saisons se renverser, comment pourrait-on lui porter secours ? »

Daniel : « Je me suis découvert une âme d’écolo ! Mais ça, c’est juste une étiquette.

La vraie conscience que tout citoyen devrait avoir se trouve dans la réelle préoccupation de l’avenir de notre immense cadeau qu’est cette création de D., la planète bleue avec toutes ses merveilles et ses trésors. Nous sommes la terre, l’homme se dit Adama, nous retournons toujours à cette terre. Lorsque nous sacrifions cette terre, nous sacrifions le genre humain. D’où la nécessité d’élever notre niveau de conscience, de sans cesse tirer la sonnette d’alarme, pour enfin, faire l’effort de ne pas être des consommateurs égoïstes. Nous nous devons de précieusement préserver notre trésor afin de le léguer aux générations à venir. »

Images © ANNE-SOPHIE GUEBEY © FOX'EYE ARTIST .

Recent Reviews

Testez votre ADN

9.3

Que vous soyez d’origine tunisienne, marocaine, algéroise ou ashkénaze, découvrez la force des gènes qui déterminent ce que vous êtes vraiment ainsi que la manière dont vous fonctionnez. C’est dans votre sang, c’est dans votre éducation, c’est votre marque de fabrique ! Évaluez avec certitude vos origines grâce à ce test scientifiquement prouvé.

Courrier des lecteurs

Histoires Juives

Histoires Juives

Humour feuj : LES MERES ET LES BELLES-MERES JUIVES

Le stéréotype de la mère juive, c'est la mère-courage d’une famille nombreuse, la détermination de la judéité, mais également la fierté débordante qu'elles ont pour la réussite de leurs enfants, l'instinct maternel jusqu'à l'âge adulte lorsqu'elles disent "Mange mon fils" - séfarade - ou "Monge mon fils" - ashkénaze - , c'est l'inquiétude incessante qu'elles crient avec douleur lorsqu'ils ont mal, c'est de l'amour à l'état pur, fortes face aux drames mais très faibles avec leurs petits., c'est la prière que l'on dit quand elle n'est plus... la yiddishe mamma.

Histoires Juives

LA MIMOUNA : Le sens de la célébration

La célébration de la Mimouna constitue un des temps forts des festivités juives marocaines. C’est en quelque sorte l’apogée et le moment propice aux réjouissances dans la vie juive marocaine, cette communauté qui aime célébrer et chez qui on retrouve une grande joie de vivre. Qui n’a pas connu cette ambiance festive où les odeurs de moufleta et de beignets marocains étaient accompagnées de lait caillé Leben, le tout agrémenté d’ airs andalous chers à la mémoire des juifs du Maroc ? D’où vient cette appellation du mot Mimouna et cette tradition centenaire d’une des fêtes les plus évocatrices pour les juifs marocains, qu’ils viennent du Maroc, d’ Israël,du Canada, des Etats-Unis ou d’ailleurs.

Histoires Juives

MA GRAND-MÈRE ME DISAIT TOUJOURS…

Vous vous êtes souvent retrouvés dans des situations qui vous ont rappelé des souvenirs, des paroles, des images de moments passés avec vos grand-parents. Ces instants mémorables restent mythiques et inoubliables. En réalité, sur des générations, nos parents nous transmettent des valeurs qui nous identifient. Nous aurions tendance à penser qu’il ne s’agit que de simples clichés de famille d’une époque révolue mais finalement, n’est-ce pas ce qui nous caractérise vraiment ? Tout compte fait, l’importance de redire ces mêmes choses à nos enfants et nos petits enfants n’est-elle pas capitale ?

Histoires Juives

QUIZ : LE OMER

Le rabbin Shimon bar Yochai , qui vécut au deuxième siècle de notre ère, fut le premier à enseigner publiquement la dimension mystique de la Torah connue sous le nom de Kabbalah . Il est l'auteur du texte classique de la Kabbalah, le Zohar . Le jour de son décès, le rabbin Shimon a demandé à ses disciples de marquer cette date comme «le jour de ma joie».

Histoires Juives

Rav Chemouny

3 minutes de Torah

Histoires Juives

Macron

"Dites-moi comment les juifs s’y prennent pour tout savoir avant nous ?"

Histoires Juives

Le loto

Salomon est dans une mauvaise passe niveau argent et ne voit pas d'autre solution que de gagner au Loto pour se sortir de là.

Histoires Juives

Se lever le matin...

‘Chéakol niya biDvaro’

Histoires Juives

L’homme qui voulait être ashkénaze

...racontée par Michel Boujenah

Histoires Juives

BLAGUE FEUJ

(extrait du film "Plus beau que moi tu meurs")

Histoires Juives

« Le cœur d’une mère »

Un jeune homme juif rencontre une jeune fille belle et séduisante et tombe éperdument amoureux d’elle.

Histoires Juives

HUMOUR

LA BLAGUE FEUJ

SUBSCRIBE TO NEWSLETTER!
Subscribe now!