Fréquence Juive Magazine

Le stéréotype de la mère juive, c'est la mère-courage d’une famille nombreuse, la détermination de la judéité, mais également la fierté débordante qu'elles ont pour la réussite de leurs enfants, l'instinct maternel jusqu'à l'âge adulte lorsqu'elles disent "Mange mon fils" - séfarade - ou "Monge mon fils" - ashkénaze - , c'est l'inquiétude incessante qu'elles crient avec douleur lorsqu'ils ont mal, c'est de l'amour à l'état pur, fortes face aux drames mais très faibles avec leurs petits., c'est la prière que l'on dit quand elle n'est plus... la yiddishe mamma.

« Mémé Sarfati »

Elie Kakou

« Riez, riez, vous verrez quand vous serez vieille, vous serez toutes comme moi. J’suis pas grosse, je suis dilatée. Oui, dilatée, Oui ! C’est normal quand on a eu 12 enfants comme moi. Oui, 12 enfants monsieur, douze !! »

« Un bon dîner »

Ary Abittan

« Maman, qu’est-ce tu nous a préparé de bon à dîner ?
Alors aujourd’hui j’ai fait très léger ! J’ai fait de la pkaïla, du poulet aux olives et au citron, j’ai fait des boulettes;
C’est quand même livré avec des analyses tout ça, hein ? »
« J’avais du cholestérol à 7 ans;
Vive nos mères!»
.


« On vient d’enterrer ma belle-mère »

Gad Elmaleh

« C’est un pote qui croise un autre pote dans la rue. Il retrouve son ami complètement ensanglanté, griffé, les habits déchirés, fracassé, cheveux enlevés, une dent en moins, un truc de dingue ! Il lui dit :
- Mais qu’est-ce qui t’arrive ?  
- On vient d’enterrer ma belle-mère.
- Mais pourquoi tu es comme ça ? 
- Elle ne voulait pas ! »
Gad Elmaleh

« Que pense

Franck Dubosc
du Rav Yehia Benchetrit (qu’il vient d’entendre parler lors d’une Bar mitsva) ? »

« J’vais te dire : Si ma mère - elle n’est plus là - mais si elle me faisait chier à 4 heures du mat, j’la découpe pas à la hache, j’la garde.

La Yiddishe mamma
Gardienne de la tradition
La Yiddishe mamma
C'est le trésor de la maison
Dès notre premier cri
Elle organise, elle décide
Tout au long de sa vie
Elle nous couve mais nous guide




 »

« Simone Boutboul »

Michel Boujenah

« En ce moment, y’en a marre de pas dire la vérité, parce que tout le monde pense que l’on est très inquiète, nous, les mères. Pour vous, dire la vérité… je suis inquiète parce que je dois être inquiète parce que sinon, qu’est-ce qu’ils disent dans la famille ? C’est un monstre. Si mon fils me dit qu’il part en week-end, je lui réponds : 
« Pars en week-end, et prends tes frères et sœurs ; et mieux encore, emmène ton père. »

« Lorsque vous êtes mariés, on a tendance à vous dire : vous êtes mariés pour le meilleur et pour … sa mère ! », Rav Yehia Benchetrit.
Michel boujenah net

Philippe Lellouche

pour "La Grosse Rigolade" avec Cyril Hanouna (février 2020)


"C'est l'histoire d'une grand-mère à Deauville.

Elle est sur la plage, elle tricote. Soudain, une lame de fond emporte son petit fils et l'emmène au large. La grand-mère regarde. Très calmement, elle se met à genoux et dit : " Ce n'est pas normal, regarde, je fais Yom Kippour depuis 75 ans, j'ai toujours fait Shabbat à la maison, on mange casher et à moi tu me prends mon petit-fils ? À ce moment-là, la lame de fond ramène l'enfant qui se remet à jouer sur la plage. Elle regarde; puis se remet à genoux et dit : "Mon D.ieu, je ne voudrais pas abuser, mais il avait une casquette neuve." .

Courrier des lecteurs

Histoires Juives

Histoires Juives

Humour feuj : LES MERES ET LES BELLES-MERES JUIVES

Le stéréotype de la mère juive, c'est la mère-courage d’une famille nombreuse, la détermination de la judéité, mais également la fierté débordante qu'elles ont pour la réussite de leurs enfants, l'instinct maternel jusqu'à l'âge adulte lorsqu'elles disent "Mange mon fils" - séfarade - ou "Monge mon fils" - ashkénaze - , c'est l'inquiétude incessante qu'elles crient avec douleur lorsqu'ils ont mal, c'est de l'amour à l'état pur, fortes face aux drames mais très faibles avec leurs petits., c'est la prière que l'on dit quand elle n'est plus... la yiddishe mamma.

Histoires Juives

LA MIMOUNA : Le sens de la célébration

La célébration de la Mimouna constitue un des temps forts des festivités juives marocaines. C’est en quelque sorte l’apogée et le moment propice aux réjouissances dans la vie juive marocaine, cette communauté qui aime célébrer et chez qui on retrouve une grande joie de vivre. Qui n’a pas connu cette ambiance festive où les odeurs de moufleta et de beignets marocains étaient accompagnées de lait caillé Leben, le tout agrémenté d’ airs andalous chers à la mémoire des juifs du Maroc ? D’où vient cette appellation du mot Mimouna et cette tradition centenaire d’une des fêtes les plus évocatrices pour les juifs marocains, qu’ils viennent du Maroc, d’ Israël,du Canada, des Etats-Unis ou d’ailleurs.

Histoires Juives

MA GRAND-MÈRE ME DISAIT TOUJOURS…

Vous vous êtes souvent retrouvés dans des situations qui vous ont rappelé des souvenirs, des paroles, des images de moments passés avec vos grand-parents. Ces instants mémorables restent mythiques et inoubliables. En réalité, sur des générations, nos parents nous transmettent des valeurs qui nous identifient. Nous aurions tendance à penser qu’il ne s’agit que de simples clichés de famille d’une époque révolue mais finalement, n’est-ce pas ce qui nous caractérise vraiment ? Tout compte fait, l’importance de redire ces mêmes choses à nos enfants et nos petits enfants n’est-elle pas capitale ?

Histoires Juives

QUIZ : LE OMER

Le rabbin Shimon bar Yochai , qui vécut au deuxième siècle de notre ère, fut le premier à enseigner publiquement la dimension mystique de la Torah connue sous le nom de Kabbalah . Il est l'auteur du texte classique de la Kabbalah, le Zohar . Le jour de son décès, le rabbin Shimon a demandé à ses disciples de marquer cette date comme «le jour de ma joie».

Histoires Juives

Rav Chemouny

3 minutes de Torah

Histoires Juives

Macron

"Dites-moi comment les juifs s’y prennent pour tout savoir avant nous ?"

Histoires Juives

Le loto

Salomon est dans une mauvaise passe niveau argent et ne voit pas d'autre solution que de gagner au Loto pour se sortir de là.

Histoires Juives

Se lever le matin...

‘Chéakol niya biDvaro’

Histoires Juives

L’homme qui voulait être ashkénaze

...racontée par Michel Boujenah

Histoires Juives

BLAGUE FEUJ

(extrait du film "Plus beau que moi tu meurs")

Histoires Juives

« Le cœur d’une mère »

Un jeune homme juif rencontre une jeune fille belle et séduisante et tombe éperdument amoureux d’elle.

Histoires Juives

HUMOUR

LA BLAGUE FEUJ

SUBSCRIBE TO NEWSLETTER!
Subscribe now!