Fréquence Juive Magazine

Une des sources majeures de stress et d’angoisse dans les foyers est le souci de la Parnassa = la subsistance. Il suffit d’écouter les « AMEN » retentissants dès que le Rabbin de la synagogue bénit un fidèle pour le succès financier.

Comment devient-on riche? Ya t-il un secret dans la Kabala ou dans la Bible pour être le prochain Bill Gates? Ya t-il des amulettes disponibles pour assurer notre réussite? Explorons ensemble le secret de la Parnassa…

Tout vient d’ Hachem

En Hébreu, le verbe avoir n’existe pas. “J’AI” se traduit par “Yech li = IL Y A… à moi”.
C’est l’idée que Hachem est Le seul qui peut rendre riche. Combien de personnes travaillent jour et nuit, ou même changent de pays pour avoir une bonne Parnassa…sans aucun succès, alors que d’autres donnent l’impression de réussir tout ce qu’ils touchent sans trop se fatiguer ?
La Parnassa n’est pas sous mon contrôle mais sous celui de Hachem. C’est seulement LUI qui a tout et qui peut me donner. Quand j’intègre cette idée et que j’accepte cette réalité, Hachem me récompense avec Sa bénédiction.


Dans le Tehilim 23 (recommandé de lire pour une bonne Parnassa), le Roi David demande à D’ de lui donner sa subsistance. Cela est étonnant car il était déjà très riche et pouvait même imposer de nouvelles taxes s’il voulait augmenter sa richesse mais le Roi nous apprend une leçon essentielle : Hachem est la source de toute richesse.
David Hamelech avait compris qu’il était riche grâce à la bénédiction de Hachem et non grâce à ses qualités ou à son intelligence. Chaque personne, même déjà riche, doit prier et remercier D” pour sa Parnassa.

…Et de mon comportement

Son fils, Shlomo Hamelech écrit dans Mishle: “L'humilité amène une personne à la crainte de D’, la richesse, la gloire et la vie”.

Les conseils du Rabbi de Loubavitch :

Une augmentation dans l'étude de la Torah et surtout de la Hassidout, donner la Tzedakah et avoir confiance en Hachem augmentera sûrement la Parnassa & votre subsistance.




Le Sefer hassidim écrit que parler d'une manière hautaine et arrogante apporte aussi la pauvreté. Nous en déduisons de là, que notre comportement est lié à notre réussite.
Enfin, il faut toujours se rappeler que le Chalom (la paix) est ce qui garantit une bonne Parnassa. Le Shelah Hakadoch disait: “une dispute peut ruiner 100 Parnassot”. Cette déclaration est d’ailleurs citée dans de nombreux livres de moussar (morale juive).
Si une personne se querelle avec une autre, cela cause de la souffrance à Hachem et cela bloque la source céleste, et les bénédictions ne peuvent pas se matérialiser.
Dans le livre de Moussar“ Shevet”, il est écrit qu’à la suite du conflit de Korach avec Moche, la manne n'est pas tombée, Korach fut englouti et toute sa richesse et son argent furent perdus avec lui.



Mes prières

Les sages de la Guemara nous demandent aussi clairement d'utiliser la téfila (prière), dans le cadre des efforts d'une personne pour gagner sa vie. Même si on a un "Mazal" prédéterminé qui dit que l’on restera pauvre toute notre vie, les nombreuses prières peuvent tout changer.
La signification du nombre 100 est expliquée dans le sefer Sharei Haemunah. Comme le saint Zohar nous l’enseigne, il existe une centaine de bénédictions quotidiennes pour amener à la personne tout ce dont elle a besoin. Ces bénédictions sont activées par les 100 berahot que l'on doit réciter chaque jour (avant et après manger, quand on prie, lorsqu’on se lave les mains, lorsqu’on va aux toilettes etc…).
.

Courrier des lecteurs

PENSEE JUIVE

PENSEE JUIVE

La Parnassa By Sarah Perets

Une des sources majeures de stress et d’angoisse dans les foyers est le souci de la Parnassa = la subsistance. Il suffit d’écouter les « AMEN » retentissants dès que le Rabbin de la synagogue bénit un fidèle pour le succès financier.