Fréquence Juive Magazine

Par Rabbi Moshe Aharon

Des millions de personnes de par le monde aimeraient tant recevoir, ne serait-ce qu’une seule berakha du Maître du monde. Elles seraient prêtes à fournir des efforts et à se sacrifier pour avoir le mérite de figurer sur la liste des heureux inscrits dans le « Registre des souvenirs » (Séfer Hazikhronot) du Créateur. Il est évident que d’avoir le mérite de recevoir la berakha de manière pleinement consciente n’est pas une petite chose. Mais que dire lorsqu’il s’agit de recevoir non pas une berakha, mais un faisceau de berakhot, au nombre de 70 ?! A l’issue de ce Chabbat, cette possibilité va nous être donnée avec la veillée de Chavouot, minhag universellement répandu dans le monde juif. Quelle est la récompense de ceux qui restent éveillés pour étudier la Torah en cette nuit ? Voici ce qu’indique le Zohar (introduction au premier volume, p.

8a) : « Tous ceux qui récitent le Tikoun [compilation de textes de la Torah écrite et orale] et se réjouissent en cette nuit seront inscrits dans le Séfer Hazikhronot, et le Saint béni soit-Il les bénira de 70 berakhot et [les coiffera] de couronnes du Monde d’en Haut. A leur endroit s’applique le verset (Malakhi 3:16) “Cependant les adorateurs de l’Eternel s’exhortèrent mutuellement : l’Eternel écouta et entendit, et un registre de souvenirs fut dressé devant Lui en faveur de ceux qui craignent l’Eternel et qui respectent Son Nom.” » On relèvera par ailleurs, dans l’ouvrage Minhagué haAri zal, également appelé Ptoura Déaba, la promesse selon laquelle quiconque ne dort pas, même un instant, en cette nuit entièrement consacrée à la Torah est assuré de terminer son année et d’être épargné, au cours de celle-ci, de tout mal. Cette idée est corroborée par Rabbi Chimon bar Yo’haï dans l’introduction de Béréchit. C’est en fait toute l’orientation de la vie de l’homme en cette année qui en dépend, car s’il ne dort absolument pas, il est certain qu’il ne mourra pas dans le courant de cette année. Voilà pourquoi cette coutume d’étudier toute la nuit de Chavouot s’est répandue dans notre peuple. Ajoutons, au passage, que dans de nombreuses communautés, on évite au maximum de parler de sujets sans rapport avec l’étude, et ce, jusqu’à après la Kédoucha du kéter de la prière de Moussaf. C’est une ségoula particulière, basée sur les écrits du Ari zal, pour échapper à une mort en état de karèt, de retranchement, mot formé en hébreu, des mêmes lettres que kéter. Une séance de rattrapage La raison de cette coutume d’étudier pendant toute la nuit de Chavouot est expliquée dans les Pirké de Rabbi Eliézer : alors que la Torah allait leur être donnée quelques heures plus tard, les enfants d’Israël passèrent la nuit à dormir, en cette période où les nuits sont courtes et si douces, au point que le Saint béni soit-Il dut les réveiller par le tonnerre et les éclairs qui précédèrent le don de la Torah. C’est en vue de réparer ce manquement que nos Sages ont instauré cette veillée d’étude, avec son tikoun jusqu’au petit matin, où on lit dans la Torah les Dix Commandements, comme si on les recevait au mont Sinaï. La voix de la Chékhina Afin de donner une idée de l’ampleur du tikoun, de la réparation opérée par l’étude de la Torah dans les sphères supérieures, nous allons citer le témoignage du Rav Chelomo Alkabetz zatsal, auteur du fameux chant de Chabbat « Lékha Dodi », récité par toutes les communautés du monde, le vendredi soir. Il nous retrace l’expérience qu’il a vécue alors qu’il se trouvait, en Diaspora, dans le même groupe de Sages que Rabbi Yossef Caro zatsal, auteur du Choul’han Aroukh, lors de la veillée d’étude de Chavouot : « Sachez que nous avions projeté, le ’Hassid [Rabbi Yossef Caro], moi son serviteur [Rabbi Chelomo Alkabetz] ainsi que des amis, de veiller ensemble la nuit de Chavouot.

Cette voix se mit alors à nous parler : « Renforcez-vous et poursuivez vos efforts, mes bien-aimés, réjouissez-vous dans l’allégresse, et sachez que vous êtes des êtres d’élite."




D.ieu soit loué, nous sommes parvenus à étudier sans nous arrêter un instant. Voici le séder d’étude, à commencer par la paracha de Béréchit. Nous avons lu les versets avec révérence, suivant la cantillation. Et incroyable mais vrai, lorsque nous avons commencé à étudier la Michna, le Créateur nous a donné le mérite d’entendre une voix s’exprimer par l’organe du ’Hassid, une voix forte et claire. Tous ceux qui étaient dans les parages entendirent cette voix sans la comprendre, voix très agréable qui, d’instant en instant, augmentait d’intensité. Nous tombâmes aussitôt face à terre ; plus personne ne respirait sous l’effet de la peur. Cette voix se mit alors à nous parler : « Chalom, mes amis, les plus valeureux de tous, mes amis bien-aimés, salut à vous ! Heureux êtes-vous, ainsi que celles qui vous ont donné le jour ! Heureux êtes-vous dans ce monde et dans l’autre, vous qui avez pris sur vous de me couronner en cette nuit ! Car cela fait de longues années que ma face est abaissée sans personne pour me consoler, moi qui étais humiliée dans la poussière, reléguée dans un tas de fumier. Et enfin, vous m’avez restitué ma couronne. « Renforcez-vous et poursuivez vos efforts, mes bien-aimés, réjouissez-vous dans l’allégresse, et sachez que vous êtes des êtres d’élite : vous avez le mérite de faire partie du palais du Roi du monde. Toute votre Torah et le souffle de vos bouches sont montés jusqu’au Saint béni soit-Il. Combien de cieux et d’espaces vos paroles ont-elles transpercé en montant ! Les anges se sont tus, les séraphins sont restés muets, les créatures saintes se sont tenues immobiles, ainsi que toute la légion d’en Haut et le Saint béni soit-Il, écoutant vos voix. « Si vous étiez dix, vous vous seriez élevés encore davantage. Mais vous vous êtes tout de même élevés. Heureux votre sort et celui de vos parents, mes amis, qui vous êtes élevés et avez chassé le sommeil de vos yeux toute la nuit ! Par votre intermédiaire et par celui des amis qui se trouvent dans cette grande ville, je me suis élevée en cette nuit. Vous n’êtes pas comme ceux qui, dans leurs lits, se laissent aller au sommeil, qui constitue un soixantième de la mort. Vous, au contraire, vous êtes attachés à D.ieu et Il s’en réjouit. « Aussi, mes fils, renforcez-vous et réjouissez-vous dans l’amour, la Torah et la crainte de D.ieu. Sachez que si vous pouviez évaluer, dans une infime mesure, la souffrance dans laquelle je me trouve, vous ne pourriez éprouver la moindre joie ou rire à l’idée qu’à cause des fautes, je suis traînée dans la poussière.

Mais continuez à vous renforcer, mes chers et valeureux fils, et ne cessez pas d’étudier la Torah, car un fil de grâce est tendu sur vous, et votre Torah est agréée par le Très-Haut. Tenez-vous debout et rehaussez-moi, dites à voix haute, comme à Yom Kippour : Baroukh Chem Kévod Malkhouto Léolam Vaèd ! » Le Rav Alkabetz rapporta d’autres paroles exaltées qu’ils entendirent au cours de cette nuit « ainsi que de nombreuses promesses. Nous éclatâmes tous en sanglots, sous l’effet combiné de la joie et de la détresse dans laquelle se trouvait, par nos fautes, la Chékhina, qui nous implorait d’une voix dolente. Nous nous sommes renforcés jusqu’au lever du jour sans nous arrêter d’étudier, avec une joie teintée de crainte. » .

Recent Reviews

RABBI HAI TAIEB LO MET

9.3

Né dans une famille de rabbins en 1743, il se distingue dès son jeune âge par son savoir et son intelligence, érudit en Talmud et évoluant aisément dans l’étude du Zohar.

Courrier des lecteurs

Paroles Rabbiniques

Paroles Rabbiniques

LA THORA FACE A LA SCIENCE

Rav Joseph Haïm Sitruk Zl’ La science et le message de la Thora sont-ils compatibles ? Existe-t-il des preuves scientifiques de la véracité de la Thora ?

Paroles Rabbiniques

LA SOUCCA

À L' OMBRE DE LA FOI

Paroles Rabbiniques

ENGLISH BONUS : Yom Kippur

A day unique and distinct from the rest of the year BY RABBI JOSHUA BITTAN

Paroles Rabbiniques

KIPPOUR : TOUT EST ENTRE NOS MAINS

RAV YOSSEF-HAÏM ABERGEL

Paroles Rabbiniques

ROCH HACHANA

QUELLE MERVEILLEUSE JOURNÉE !

Paroles Rabbiniques

CHABBAT, UNE AUTRE DIMENSION

« Moïse convoqua toute la communauté des enfants d’Israël et leur dit : ‘Voici les choses que Hachem a ordonné d’observer. Pendant six jours vous travaillerez mais au septième vous respecterez une solennité sainte, un chômage absolu en l’honneur de Hachem ; quiconque travaillera en ce jour sera mis à mort.’ » (Chemot 35, 1).

Paroles Rabbiniques

L' ASTROLOGIE

L’astrologie est une science juste ayant une influence, par les astres, sur l’être humain. Aujourd’hui personne ne connaît le réel impact de cette science. Le Mazal représente l’influence astrologique. Grâce à chaque lettre qui compose votre prénom, votre date, l’heure de votre naissance, et les mouvements des voyelles de votre prénom, on peut savoir quel est votre signe zodiacal ainsi que votre destinée. Cependant ce n’est que théorique. Rav Ron Chaya Voyons ce que nos Rav nous apprennent.

Paroles Rabbiniques

VEILLÉE DE CHAVOUOT

Par Rabbi Moshe Aharon

Paroles Rabbiniques

L’Ayin Hara, parlons-en !

À la demande de nos lecteurs, FREQUENCE JUIVE met en avant des Rabbins francophones mondialement connus à travers un sujet. Vous les suivez en vidéo, sur les réseaux sociaux ou en direct dans vos évènements. Leurs paroles nourrissent vos esprits et développent votre spiritualité. Découvrons ce qu’ils ont à dire sur le mauvais œil.

Paroles Rabbiniques

UN SOIR DE SEDER CHEZ RABBI CHAIM PINTO

Baruch Hachem, nous sommes arrivés à la fête sainte de Pessa'h, au cours de laquelle Hachem a amené nos ancêtres de l'esclavage à la liberté, une fête où de nombreux miracles se sont produits comme les dix plaies, l’ouverture de la mer et d’autres innombrables actes divins. Pendant Pessa'h, nous avons l’occasion de nous reconnecter à nos ancêtres et de mériter des miracles dans nos propres vies. Aujourd'hui, nous allons raconter une belle histoire de mon arrière grand-père, le Saint Tzaddik Rabbi Chaim Pinto.

Paroles Rabbiniques

Le sens caché de Tou Bichvat

Si vous jetez un coup d’œil dehors, vous ne verrez pas le moindre arbre en fête ni en fleurs... Bien au contraire, la nature semble quasiment morte, les branches sont desséchées, pas le moindre fruit. Ne serait-il pas plus judicieux de célébrer Tou Bichvat au printemps ou en été, quand les arbres se parent d’un feuillage verdoyant et les fruits juteux et colorés se balancent sur leurs branches ?

Paroles Rabbiniques

Roch Hachana

Beaucoup d’entre nous ont une approche erronée avec la fête de Roch Ha-Chana en pensant que c’est uniquement le jour de l’an du calendrier juif. Cela est une erreur terrible car l’impact de cette fête sur notre vie et celle de nos proches est gigantesque. Nous avons l’habitude de traduire Roch Ha-Chana par le Nouvel An. Les experts d’entre vous qui parlent l’hébreu savent bien que la traduction littérale de Roch Ha-Chana n’est pas le nouvel an mais la tête de l’année. Or, cette fête n’est mentionnée nulle part dans la Torah sous le nom de Roch Ha-Chana. En effet, ce nom lui a été attribué par nos sages il faudra donc comprendre pourquoi nos maîtres ont-ils décidé de nommer le nouvel an sous le nom de « tête de l’année ».

Paroles Rabbiniques

Bezraat Hachem

avec l’aide de D.

Paroles Rabbiniques

Shavouot

Nous voilà à quelques jours de la fête de Shavouot (mon D. comme le temps passe vite) connue aussi sous le nom de « Fête du don de la Thora ».

Paroles Rabbiniques

Pensée juive

Cours du RAV SITRUK Prévoir le mal pour l’éviter

Paroles Rabbiniques

PARACHA VAYIKRA

Dans notre précédente parution, nous avons évoqué une première explication de Maïmonide quant à la lecture du livre « Vayikra (Lévitique) » sur les sacrifices coutumiers. Ce mois-ci, nous vous exposons deux autres explications concernant le but réel de ces sacrifices. Es-ce pour lutter contre l’idolatrie, ou pour être agréable à Hachem ?

Paroles Rabbiniques

PARACHA VAYIKRA

Cette semaine, nous commençons la lecture du livre de "Vayikra (Lévitique)" qui en général, et la Paracha de "Vayikra" en particulier, traite des lois sur les sacrifices coutumiers lorsque le Temple existait. Le sacrifice est, en fait, le culte originel du Seigneur, dans lequel le peuple d'Israël a reçu l'ordre de quitter l'Egypte. Quelle est la raison pour laquelle on nous a commandé de sacrifier à Hashem?

Paroles Rabbiniques

PAROLES DE RABBI

Quelques paroles du Rav Benchetrit…

Paroles Rabbiniques

BERECHIT

Après Simcha Thora, nous rembobinons le Sefer Thora pour lire et étudier à nouveau la Thora depuis le livre de Béréchit.

Paroles Rabbiniques

Quelques mots sur la Paracha

Durant les deux derniers numéros, nous avons apporté les différentes explications apportées par nos Maîtres le Rambam ainsi que le Ramban. Dans ce numéro, nous vous présentons l’explication de Rabbi Yehouda Halevi l’auteur du Kouzari.