Fréquence Juive Magazine

À L' OMBRE DE LA FOI

Dans la Torah, cette célébration est ainsi présentée : « Vous la fêterez, cette fête du Seigneur, sept jours chaque année (…). Vous demeurerez dans les souccot durant sept jours ; tout citoyen en Israël demeurera dans les souccot, afin que vos générations sachent que J’ai donné des souccot pour demeurer aux enfants d’Israël quand Je les ai faits sortir du pays d’Egypte, Moi, l’Eternel, votre D. ! » (Vayikra 23:41-43) Et nos Maîtres commentent (Soucca 2a) : « Pendant tous ces sept jours, la Torah t’ordonne de quitter ta demeure fixe pour t’installer dans un logement provisoire. » De quel logis précaire s’agit-il ? De la soucca, appelée dans le Zohar : « l’ombre de la foi ». Cette ombre qui enveloppe et protège l’homme, est peut-être aussi, comme le pensait Rabbi Eliezer (ibid. 11a), un souvenir des nuées de gloire dont le Tout-Puissant entoura les enfants d’Israël à leur sortie d’Egypte.

Le mot « Souccot » « Vous demeurerez dans les souccot durant sept jours » – d’où l’obligation de résider dans la soucca pendant une telle durée –, pourquoi insister en précisant : « tout citoyen en Israël demeurera dans les souccot » ? Que signifie « à l’ombre de la foi », dans le Zohar ? Parfois, nous trouvons dans la Torah le terme « Souccot » sous sa forme défective, parfois sous sa forme pleine (avec le vav). Quel sens attribuer à ces différences ? Une téchouva prolongée Pour commencer, il convient de souligner combien cette fête est un effet de l’infinie bonté de D. puisque, placée au cœur du mois de Tichri, après celles de Roch Hachana et Yom Kippour, où tous méritent d’opérer une authentique techouva devant D. et de se purifier de toutes leurs fautes et péchés, elle permet de rester dans l’élan de progression spirituelle enclenchée en ce début d’année. En effet, les Jours Redoutables correspondent à une impulsion, un éveil d’en Haut, qui vient, selon le schéma consacré (Zohar I 86b, 88a), en réponse à un éveil d’en bas, aux efforts de l’homme. La volonté de progrès de l’homme est alors très forte, en cette période où tous tremblent à l’idée du jugement, jugement de vie et de mort auquel nul n’échappe, tous défilant comme des brebis devant le Créateur, emplis d’appréhension. Mais, dès que la séance est levée, l’homme, débarrassé de toute impureté, a un besoin urgent d’une protection indispensable afin de ne pas retomber dans les filets du mauvais penchant. Car, du fait du niveau élevé dans lequel il se trouve à présent, il est en grand danger, constituant une cible de choix pour le Satan, dont la force est proportionnelle à la stature de l’homme (cf. Soucca 52a). Aussi redouble-t-il de ruses pour le faire trébucher. C’est donc la raison pour laquelle, dès la fin de Yom Kippour, il nous est demandé, selon tous les décisionnaires (Rama Ora’h ‘Haïm 624:5), de nous atteler à la construction de la soucca, afin que ce mérite nous protège. Autrement dit, une fois que l’homme s’est débarrassé de toute trace de mal et que son intériorité est pure et immaculée, il doit immédiatement barrer la route au mauvais penchant en « comblant le vide » par un surcroît de pureté et de sainteté. Le début du verset : « Vous prendrez, au premier jour, du fruit de l’arbre hadar, des branches de palmier, des rameaux de l’arbre avoth et des saules de rivière ; et vous vous réjouirez, en présence de l’Eternel, votre D., pendant sept jours » (Vayikra 23:40) est d’ailleurs expliqué en ce sens. Le « premier jour » indique que du point de vue des péchés, le compteur est à zéro (Tan’houma Vayikra 22).

« La soucca est assimilable à une lumière enveloppant l’homme. Elle permet de rester dans l’élan de progression spirituelle enclenchée en ce début d’année. »




C’est pourquoi il faut prendre garde en ne recommençant pas à pécher mais, au contraire, en se consacrant immédiatement à l’observance des mitsvot. De la construction matérielle à la sainteté divine Immédiatement après Yom Kippour, l’homme doit donc se lancer dans la construction de la soucca, afin de faire résider la Présence divine dans sa demeure. Cette « cabane » représente un Temple miniature, dans l’esprit du verset : « et J’ai été pour eux un sanctuaire » – dimension vécue par l’homme qui en est digne. Ainsi, il nous incombe d’entreprendre, après Yom Kippour, le fondation de ce réceptacle de la Présence divine, de cette résidence de D. dans les mondes inférieurs. A cet égard, même si la fête de Souccot à proprement parler ne démarre que le quinze Tichri, l’empressement de l’homme, son ardeur à la tâche de cette construction et ses efforts déployés dans les différents préparatifs de la fête font partie intégrante de la mitsva elle-même, en vertu du principe : « D. considère la bonne volonté comme l’acte lui-même » (Kiddouchin 40a). Par ce mérite, l’homme bénéficie d’un flux de sainteté – non pas, au sens restreint, la sainteté attachée au seul accomplissement de cette mitsva, mais à la lumière particulière liée à sa racine – l’installation de la Présence divine dans son cœur. En outre, l’individu affairé à l’édification de sa soucca doit être animé d’une foi inébranlable, convaincu que cette construction s’apparente aux nuées de gloire qui entouraient les enfants d’Israël dans le désert, les protégeant des bêtes féroces et de tout danger (cf. Yalkout Chimoni Bechala’h 228). De même qu’alors, D. les plaça sous le couvert de ces nuées, à l’abri du chaud, du froid et de tout mal, leur permettant ainsi de ressentir la réalité divine avec une grande acuité, ainsi doit-on vivre cette mitsva de Souccot : la Présence divine y réside, elle nous place à l’abri de toute nuisance – et du Satan – et une grande lumière l’enveloppe. Dès lors, la notion d’ « ombre de la foi » trouve tout son sens. En d’autres termes, à la mesure de la conviction de l’homme, de la manière dont il identifie sa soucca à ces nuées de gloire protectrices que le Tout-Puissant déploya autour des enfants d’Israël dans le désert, il mérite, dans sa soucca personnelle, la résidence de la Présence divine et la protection contre les flèches du Satan. De ce point de vue, la soucca est assimilable à une lumière enveloppant l’homme. À l’instar d’un nuage qui éclipse le soleil, la soucca, dans laquelle repose la Présence divine, par le pouvoir de la foi pure, aveugle le mauvais penchant et protège l’homme de ses séductions.

Le vécu dans la soucca est par ailleurs pétri de foi. Quitter sa demeure pour s’installer dans cette habitation de fortune, visitée, tour à tour, par les sept ouchpizin, ces saints invités (Zohar III 103a), demande, en effet, une bonne dose de foi, ne serait-ce que pour être intimement convaincu que ces « bergers » du peuple juif nous honorent réellement de leur visite, même s’ils restent invisibles à nos yeux de chair. De ce fait, nous ne pouvons prétendre à ce privilège que si nous le méritons vraiment. Par Rabbi Moshe Pinto Chlita YouTube : Rabbi Moshe Pinto Facebook / Instagram @rabbimoshepinto Email : Chai.org@chai.center .

Recent Reviews

Livres en français

9.3

Cultivons-nous Les enfants bouquinent…

Courrier des lecteurs

Paroles Rabbiniques

Paroles Rabbiniques

LA SOUCCA

À L' OMBRE DE LA FOI

Paroles Rabbiniques

ENGLISH BONUS : Yom Kippur

A day unique and distinct from the rest of the year BY RABBI JOSHUA BITTAN

Paroles Rabbiniques

KIPPOUR : TOUT EST ENTRE NOS MAINS

RAV YOSSEF-HAÏM ABERGEL

Paroles Rabbiniques

ROCH HACHANA

QUELLE MERVEILLEUSE JOURNÉE !

Paroles Rabbiniques

CHABBAT, UNE AUTRE DIMENSION

« Moïse convoqua toute la communauté des enfants d’Israël et leur dit : ‘Voici les choses que Hachem a ordonné d’observer. Pendant six jours vous travaillerez mais au septième vous respecterez une solennité sainte, un chômage absolu en l’honneur de Hachem ; quiconque travaillera en ce jour sera mis à mort.’ » (Chemot 35, 1).

Paroles Rabbiniques

L' ASTROLOGIE

L’astrologie est une science juste ayant une influence, par les astres, sur l’être humain. Aujourd’hui personne ne connaît le réel impact de cette science. Le Mazal représente l’influence astrologique. Grâce à chaque lettre qui compose votre prénom, votre date, l’heure de votre naissance, et les mouvements des voyelles de votre prénom, on peut savoir quel est votre signe zodiacal ainsi que votre destinée. Cependant ce n’est que théorique. Rav Ron Chaya Voyons ce que nos Rav nous apprennent.

Paroles Rabbiniques

VEILLÉE DE CHAVOUOT

Par Rabbi Moshe Aharon

Paroles Rabbiniques

L’Ayin Hara, parlons-en !

À la demande de nos lecteurs, FREQUENCE JUIVE met en avant des Rabbins francophones mondialement connus à travers un sujet. Vous les suivez en vidéo, sur les réseaux sociaux ou en direct dans vos évènements. Leurs paroles nourrissent vos esprits et développent votre spiritualité. Découvrons ce qu’ils ont à dire sur le mauvais œil.

Paroles Rabbiniques

UN SOIR DE SEDER CHEZ RABBI CHAIM PINTO

Baruch Hachem, nous sommes arrivés à la fête sainte de Pessa'h, au cours de laquelle Hachem a amené nos ancêtres de l'esclavage à la liberté, une fête où de nombreux miracles se sont produits comme les dix plaies, l’ouverture de la mer et d’autres innombrables actes divins. Pendant Pessa'h, nous avons l’occasion de nous reconnecter à nos ancêtres et de mériter des miracles dans nos propres vies. Aujourd'hui, nous allons raconter une belle histoire de mon arrière grand-père, le Saint Tzaddik Rabbi Chaim Pinto.

Paroles Rabbiniques

Le sens caché de Tou Bichvat

Si vous jetez un coup d’œil dehors, vous ne verrez pas le moindre arbre en fête ni en fleurs... Bien au contraire, la nature semble quasiment morte, les branches sont desséchées, pas le moindre fruit. Ne serait-il pas plus judicieux de célébrer Tou Bichvat au printemps ou en été, quand les arbres se parent d’un feuillage verdoyant et les fruits juteux et colorés se balancent sur leurs branches ?

Paroles Rabbiniques

Roch Hachana

Beaucoup d’entre nous ont une approche erronée avec la fête de Roch Ha-Chana en pensant que c’est uniquement le jour de l’an du calendrier juif. Cela est une erreur terrible car l’impact de cette fête sur notre vie et celle de nos proches est gigantesque. Nous avons l’habitude de traduire Roch Ha-Chana par le Nouvel An. Les experts d’entre vous qui parlent l’hébreu savent bien que la traduction littérale de Roch Ha-Chana n’est pas le nouvel an mais la tête de l’année. Or, cette fête n’est mentionnée nulle part dans la Torah sous le nom de Roch Ha-Chana. En effet, ce nom lui a été attribué par nos sages il faudra donc comprendre pourquoi nos maîtres ont-ils décidé de nommer le nouvel an sous le nom de « tête de l’année ».

Paroles Rabbiniques

Bezraat Hachem

avec l’aide de D.

Paroles Rabbiniques

Shavouot

Nous voilà à quelques jours de la fête de Shavouot (mon D. comme le temps passe vite) connue aussi sous le nom de « Fête du don de la Thora ».

Paroles Rabbiniques

Pensée juive

Cours du RAV SITRUK Prévoir le mal pour l’éviter

Paroles Rabbiniques

PARACHA VAYIKRA

Dans notre précédente parution, nous avons évoqué une première explication de Maïmonide quant à la lecture du livre « Vayikra (Lévitique) » sur les sacrifices coutumiers. Ce mois-ci, nous vous exposons deux autres explications concernant le but réel de ces sacrifices. Es-ce pour lutter contre l’idolatrie, ou pour être agréable à Hachem ?

Paroles Rabbiniques

PARACHA VAYIKRA

Cette semaine, nous commençons la lecture du livre de "Vayikra (Lévitique)" qui en général, et la Paracha de "Vayikra" en particulier, traite des lois sur les sacrifices coutumiers lorsque le Temple existait. Le sacrifice est, en fait, le culte originel du Seigneur, dans lequel le peuple d'Israël a reçu l'ordre de quitter l'Egypte. Quelle est la raison pour laquelle on nous a commandé de sacrifier à Hashem?

Paroles Rabbiniques

PAROLES DE RABBI

Quelques paroles du Rav Benchetrit…

Paroles Rabbiniques

BERECHIT

Après Simcha Thora, nous rembobinons le Sefer Thora pour lire et étudier à nouveau la Thora depuis le livre de Béréchit.

Paroles Rabbiniques

Quelques mots sur la Paracha

Durant les deux derniers numéros, nous avons apporté les différentes explications apportées par nos Maîtres le Rambam ainsi que le Ramban. Dans ce numéro, nous vous présentons l’explication de Rabbi Yehouda Halevi l’auteur du Kouzari.