Fréquence Juive Magazine

Né dans une famille de rabbins en 1743, il se distingue dès son jeune âge par son savoir et son intelligence, érudit en Talmud et évoluant aisément dans l’étude du Zohar.

Fils unique, Rabbi Haï TAÏEB habitait avec sa mère et passait de longues heures à étudier le Talmud et la Kabbale. Il avait l’habitude de noter ses commentaires sur des feuilles qui traînaient aux quatre coins de sa chambre. Sa mère brûla Ses écrits sous l’influence d’une voisine qui lui rabâchait que son fils allait perdre la tête à force d’étudier. Vu d’en haut, l’explication est la suivante: On dit qu’un jour, alors qu’il était plongé dans un sujet Talmudique, il décida d’arrêter son étude pour reprendre plus tard, et à c’est cette négligence que serait due la destruction de ses écrits. Un livre fut quand même sauvé et édité du nom de «H’ELEV H'ITIM », mais ayant eu le malheur de voir toute son oeuvre sur la Torah, brûlée par sa mère, il ne s’en remit pas. Pour apaiser sa peine, il se mit à boire de la boukha, c’est d’ailleurs pour cela que ceux qui vont pèleriner sur sa tombe versent de la boukha sur sa pierre tombale.

Des contes et des légendes ne manquent pas sur les miracles et prodiges qu’il accomplit. Le Rav H. Taïeb habitait près du notable Y. Silvera dont la femme était stérile et triste car son mari voulait épouser une autre femme pour procréer. R.H.T lui promit qu’elle aurait un garçon l’année suivante. L’année étant écoulée, elle eut un garçon. Le notable Y. Silvera donna une grande fête et invita beaucoup de monde, dont Rabbi Yehochoua BESSIS et un éminent émissaire de Jérusalem. Ils organisèrent une table pour étudier le Zohar; mais la maîtresse de maison leur demanda de patienter jusqu’à l’arrivée de R.H.T. Soudain, un homme simple, vêtu de haillons et de souliers rafistolés entra et tout le monde se leva. R.H.T alla s’asseoir à côté de R.Y. BESSIS, se servit un verre de boukha, mit les pieds sur la table et s’endormit.

L’émissaire fut étonné et même vexé par la conduite de cet invité. Il exigea qu’on lui fasse mettre les pieds sous la table. Mais R. Y. BESSIS l’en dissuada. Ces paroles augmentèrent sa perplexité. Quelques instants plus tard, R.H.T se réveilla et commença son étude avec R.Y. Bessis. L’émissaire fut stupéfait de cette intelligence et cette facilité avec laquelle ils passaient d’une séquence à une autre. Il sortit, leva les bras vers D’ et dit: « Maître du monde, donne moi autant d’intelligence que ces deux sages pour que je puisse étudier avec eux». Il retourna à la réception et R.H.T l’interpella : « Pour comprendre il te suffit de faire l’effort ». Avant de quitter Tunis, l’émissaire embrassa les pieds de Rabbi Haï TAÏEB et alla jusqu’à prendre de la boue de ses chaussures qu’il emporta avec lui. Lorsque le Rav décéda, le graveur de tombe voulut graver: « Décédé l’année .



. . . » Le rabbin lui apparut le soir en rêve et voulut l’étrangler. « Que t’ai-je fait ? » « Comment écris-tu “mort” sur ma tombe? Ne sais-tu pas que les Tsadikim sont appelés vivants après leur mort ». « Excuse-moi », dit l’ouvrier. « Seulement si tu ajoutes demain le préfixe Lo (non mort) », répondit Rabbi H.T. Et le rabbin disparut de son rêve. La correction fut bien sûr apportée dès le lendemain. Ceci justifiant son nom Rabbi Haï TAÏEB « LO MET ». Sa Hiloula est célébrée dans le monde entier ainsi qu’à Los Angeles le 19 Kislev, cette année le lundi 26 Novembre au soir et tous les tunisiens de la ville se réunissent en l’honneur du Tsadik au Centre Communautaire Francophone de Los Angeles. .

Recent Reviews

La table tunisienne Le Boulou, Sarah M.

9.3

Cette rubrique du magazine a vraiment fait l’unanimité chez les lectrices de FREQUENCE JUIVE. L’enquête continue… les meilleures tables de la communauté se révèlent. De Toronto ou de Tunisie, découvrez, ce mois-ci, qui sont les gagnants et les gagnantes du Challenge « JEWISH GOT TALENT ».

Courrier des lecteurs

Nos Tsadikims

Nos Tsadikims

RABBI MOSHE AARON PINTO CHLITA

« In the place where there is no men, get up and be a man.» « À l’endroit il n’y a pas d’hommes, lève-toi et sois un homme.» (Pirkei Avot 2) Descendant de deux familles marocaines de Tsaddikim, Rabbi Moshe est le fils du Rabbin Yaacov Pinto Chlita (Rabbin de la synagogue Pinto Center à Los Angeles, depuis 1980) et de la sainte Rabbanit Dinah Abihssira (fille de Rabbi Meir Abihssira ZL’).

Nos Tsadikims

Notre rapport avec Hachem Rav Yossef Sitruk Zatsal

À l’approche de Roch Hachana, évoquons certaines des problématiques que nous avons à résoudre dans notre vie afin de nous préparer de manière optimale à ce grand jour. La principale d’entre elles étant celle de notre rapport avec Hachem.

Nos Tsadikims

Rabbi Shimon bar Yoh’aï

Le Tana (titre donné aux sages de l’époque de la Mishna) Rabbi Shim’on bar Yoh’aï, est né près de cinquante ans après la destruction du second Temple et faisait partie des 5 élèves restant du grand Tana Rabbi Akiva (après l’épidémie ayant causé la mort à 24000 de ses élèves, ce qui est d’ailleurs la raison du deuil que nous portons durant les 33 premiers jours du Omer).

Nos Tsadikims

Pensée juive Cours du Rav Sitruk : LA PAIX

Il est faux de croire que la paix se réduit au fait d’arrondir les angles ou encore de s’effacer pour l’autre ; car à force de concessions, on finit par ne plus exister. Or avec quelqu’un qui n’existe pas, vous ne pouvez pas être en désaccord. Ce que je préconise c’est plutôt de rechercher la valeur de l’autre. Les 24 000 élèves de Rabbi Akiva furent décimés parce qu’il ne s’honoraient pas mutuellement. Comment comprendre une telle tragédie ? Il s’agissait de géant de la Torah, comment pouvaient-ils se manquer de respect ? Comme expliquent nos sages, les élèves de Rabbi Akiva vivaient dans une telle proximité qu’ils en vinrent à ne plus sentir l’obligation de se respecter.

Nos Tsadikims

Rabbi Shimon bar Yohaï

Le Tana (titre donné aux sages de l’époque de la Mishna) Rabbi Shim’on bar Yoh’aï, est né près de cinquante ans après la destruction du second Temple et faisait partie des 5 élèves restant du grand Tana Rabbi Akiva (après l’épidémie ayant causé la mort à 24000 de ses élèves, ce qui est d’ailleurs la raison du deuil que nous portons durant les 33 premiers jours du Omer).

Nos Tsadikims

RABBI HAI TAIEB LO MET

Né dans une famille de rabbins en 1743, il se distingue dès son jeune âge par son savoir et son intelligence, érudit en Talmud et évoluant aisément dans l’étude du Zohar.