Fréquence Juive Magazine

L’une des raisons pour lesquelles nous séjournons dans la Soucca durant sept jours est la nécessité pour le juif de « s’exiler ». En effet, nos Sages expliquent que Roch Hachana puis Yom Kippour ont la capacité de laver l’homme de ses fautes ; cependant, certaines transgressions nécessitent un châtiment spécifique : l’exil. Hachem, dans Son infinie bonté, concrétise ce châtiment par un « exil » tout en douceur, c’est pourquoi nous quittons notre demeure durant sept jours pour séjourner dans une cabane précaire. Pourtant, et de manière tout à fait paradoxale, la Halakha stipule que le juif doit embellir sa Soucca de la meilleure façon possible. Il s’agit donc là d’une contradiction que nous allons tenter d’expliquer. By Rav Yossef-Haï Abergel

Une sécurité illusoire Lorsqu’à Souccot, Hachem nous demande de quitter notre domicile pour rejoindre la Soucca, il ne s’agit pas seulement de quitter des murs en béton ni un intérieur douillet au profit d’un refuge précaire. Il s’agit également d’abandonner la conception erronée, quoique fort répandue, que l’homme se fait de sa sécurité. Regardez autour de vous. Bien à l’abri derrière votre porte blindée et vos fenêtres dotées de barreaux, votre avenir financier assuré grâce à vos plans d’épargne et vos polices d’assurance : l’homme moderne se réfugie derrière une illusoire sensation de sécurité. En cas d’incident, il sait qu’il peut compter sur diverses stratégies d’intervention : appeler la police, les secours, son banquier, son assureur etc. Tous ces éléments confèrent à l’homme l’impression qu’il est à l’abri de la précarité ; si l’un d’eux fait défaut, il est en proie à l’incertitude… Pourtant, cette conception ne va pas de pair avec la vision de la Torah.

« Si D.ieu ne protège pas la ville, c’est en vain que son gardien la surveille », rappelle un verset dans les Téhilim (127, 1). Être conscient que tout vient d’Hachem Bien qu’il soit concevable, voire même souhaitable, que l’homme prenne les mesures nécessaires afin d’assurer sa sécurité, ses finances etc., il ne doit pas perdre de vue que ce ne sont pas ces éléments à proprement parler qui lui fournissent une protection, mais bien Hachem. Combien de personnes qui gagnaient honorablement leur vie ont-elles perdu leur fortune du jour au lendemain ? Combien de personnes qui jouissaient d’un statut social élevé se sont-elles vues réduites au plus bas de l’échelle ? Nos Sages ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : lorsqu’ils rédigèrent le texte de la Amida, prière essentielle récitée trois fois par jour, ils firent débuter deux bénédictions, celle concernant la guérison et celle concernant la subsistance, par l’invocation du nom d’Hachem.

Des ustensiles de roi dans une cabane en bois Dans l’esprit du verset de Béchala’h (Chémot 16, 2) : « C’est mon D.ieu, je Le glorifie », selon lequel les Mitsvot doivent être accomplies avec tous les embellissements possibles, la Soucca doit être agrémentée autant que faire se peut. On y consommera des repas de fête dans les plus beaux ustensiles dont on dispose, en or ou en en argent si on en a.




En effet, ces deux domaines, la santé et la subsistance, mettent la foi de l’homme à rude épreuve. Contraint d’exercer un travail pour faire vivre sa famille et de faire appel aux médecins en cas de maladie, l’homme en vient souvent à oublier que son destin se trouve en réalité entre les mains de D.ieu. C’est là le message de la fête de Souccot, au cours de laquelle l’homme est invité à quitter le confort de son habitat pour séjourner dans une cabane au caractère précaire bien affirmé. C’est là toute la subtilité de l’optique de vie du judaïsme : faire notre part, tout en laissant à Hachem le soin de faire la Sienne. Une fois que l’homme a pris conscience que sa sécurité ne dépend pas d’éléments matériels mais se trouve entre les mains d’Hachem, il peut et doit avoir alors recours à ces éléments matériels afin de les mettre au service d’Hachem.



La matérialité s’en trouve ainsi sublimée : mise au service du divin, elle assure l’élévation morale et spirituelle de l’homme. Le juif qui, à Souccot, est confortablement installé dans sa Soucca précaire autour d’une table richement garnie en l’honneur de D.ieu, accomplit précisément le but de l’homme dans ce monde : il s’en remet à D.ieu et Le célèbre par le biais de ce monde matériel. Lorsqu’à l’occasion de Souccot, nous comprenons que notre salut ne dépend pas d’éléments matériels et que nous plaçons plutôt notre confiance en D.ieu, nous ressentons une joie réelle et durable, qui nous accompagnera pour le reste de l’année ! (fin conclusion) ‘Hag Saméa’h ! .

Recent Reviews

Le nouvel an des arbres 15 Shevat

9.3

" Ce jour là, l'homme est jugé car il est comparé à l'arbre. Par le mérite des prières de réussite qu'on adressera à D. et de la Joie qu'on manifestera ce jour là on sortira acquitté du jugement. "Sidour Yeshouat Hashem » du Rav Parienti.

Courrier des lecteurs

Immigration

Immigration

L’IMMIGRATION AUX USA POST-COVID-19 Update du 12/10/2020

La pandémie mondiale du COVID-19 continue d’être la cause de multiples changements de l’immigration aux USA.

Immigration

LE NOUVEAU REGIME DES VISAS E2 POUR LES RESSORTISSANTS FRANÇAIS

Les Etats-Unis ont signé avec une soixantaine de pays des traités relatifs aux visas E-1 (Visas d’Echanges Commerciaux) et E-2 (Visas d’Investisseurs) et la France est le seul pays affecté par un changement récent concernant la durée du visa E-2 qui est passée de 5ans à 25 mois (après une courte période pendant laquelle la durée était réduite à 15 mois!). La réduction de la durée à 25 mois pour les ressortissants français est entrée en vigueur le 12 novembre 2019.

Immigration

LES REALISATEURS JUIFS DU CINEMA AMERICAIN

Alors que la présence juive aux Etats-Unis remonte au XVIIème siècle par l’arrivée de sépharades, la plus grande vague d’immigration a été celle d’Europe Centrale et de l’Est, au début du 19ème. Aujourd’hui, un melting-pot incroyable de plus de 6,7 millions de juifs forme la communauté juive la plus importante de la diaspora. À la veille de la Première guerre mondiale, les juifs immigrés ayant largement participé à la création d’Hollywood en Californie, un grand nombre de ces personnalités, aujourd’hui mondialement connues, portent pour la plupart, un nom qui nous est, avouons-le, très familier. Réalisateurs, producteurs et acteurs américains portent des noms de famille finissant souvent par « erg », « man », « en », « ski »… Le plus troublant, ce sont ces petits « clins d’œil » que l’on voit dans de nombreux films; Qui n’a jamais dit : « Il y a une menorah ! », « Oh ! Ils fêtent hanouka ! » ? Ces scènes familières nous feront toujours vibrer…Une bar-mitsva, un mariage sous une Houppa, une scène shabbatique autour d’un kiddush, des scénarios humoristiques illustrant le cliché d’une « mère juive », etc.… Cette judéité, certes plus culturelle que religieuse a marqué le cinéma us par une mise en valeur des traditions juives dans une version très bien choisie, mêlant l’humour juif et les charmes d’une famille juive chaleureuse. Grâce à ces pionniers du cinéma, notre culture s’est fait connaître, par petites touches, d’un large public. Ces scènes cinématographiques rituelles ont eu la grâce de sensibiliser des spectateurs qui ne connaissaient absolument pas notre univers. De ce fait, l'identité juive américaine se coule bien dans le moule de l'identité nationale. MAZALTOV !

Immigration

INVESTIR AUX USA : Les Franchises

Investir aux USA, monter son propre projet, partir de zéro, tout en sachant résister aux fluctuations du marché et aux imprévus. Est-ce une mission facile ? Ou bien choisir parmi les propositions alléchantes d’un grand réseau de franchises et devenir chef d’entreprise du jour au lendemain, en pensant connaître le métier. Droits d’entrée, conditions de renouvellement, clauses de sorties, comment savoir si la franchise est la bonne ? Il ne faut pas foncer tête baissée. Chaque étape de ce projet compte, anticiper, se projeter, faire les bons choix. L’opinion de Gérard Soussan, avocat aux Barreaux de Californie et de Washington D.C., ancien membre du Barreau de Paris.

Immigration

LES 5 SECRETS POUR UNE INTÉGRATION RÉUSSIE

Déjà installés depuis plusieurs, voire des années, à Los Angeles, de nombreux français y résident et nous témoignent de leur expérience, mais les « American dreamers » ne connaissent pas forcément l’envers du décor. Diane, avocate exerçant le droit en immigration, nous éclaire sur les vices, les erreurs à ne pas faire et les bons chemins à emprunter.

Immigration

S’installer à LA et ouvrir un commerce Paroles d’experts

Ouvrir une boulangerie, un fast-food d’hamburgers ou une boutique de fringues, cela reste encore le rêve de nombreux français s’installant à Los Angeles. Reprendre une affaire existante ou créer un concept ? Vivre légalement sur le territoire américain tout en gagnant sa vie, quels sont les bons chemins à prendre, les astuces à connaître ? Quels sont les risques ? Les réponses des experts.

Immigration

Maître Gérard Soussan

Interview du ténor des avocats spécialisés dans les visas à Los Angeles

Immigration

L'immigration

Bon à savoir

Immigration

LES AVOCATS DE LA - INFOS IMMIGRATION

Obtenir une carte verte à travers le mariage parait facile mais beaucoup de clients commettent des erreurs fondamentales. Côté investisseurs, Les États-Unis restent le marché le plus lucratif et le plus attractif.