Fréquence Juive Magazine

Charles Braff a survécu à l’Holocauste. Aujourd’hui, du haut des ses 80 ans, ils nous raconte comment s’est passé son retour en Belgique. Le 3 Avril 2019, Témoignage de Charles Braff Un rescapé de la Shoah

Après la guerre, en 1945, l’atmosphère est mitigée. Les juifs survivants se cherchent dans tous les tous les pays dans le but de retrouver des membres de leurs familles. Dans les rues, il y a ceux qui sont euphoriques et heureux de s’en être sortis mais il y a aussi les écorchés vifs, rongés par la perte de leurs proches, anxieux de devoir tout recommencer. Charles a grandi à Anvers et est devenu tailleur de diamants. Cinquante ans plus tard, il nous confie quelques anecdotes avec une émotion poignante; un mélange d’humour et de drame. « L’atmosphère électrique qui régnait rendait les gens nerveux, mais pouvait-on leur en vouloir après tant d’horreurs vécues ? » À présent, avec son regard d’adulte, il réalise pourquoi les gens étaient si sensibles à cette époque. « On ne pouvait pas vivre normalement après un tel calvaire », dit-il.

Un climat tendu « À notre arrivée en Belgique, mon père s’était mis en tête de retourner en Pologne afin de retrouver des maisons ayant appartenues à notre famille. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il y avait eu des pogroms entre 1945 et 1947. Lorsqu’il voulut entrer, il se fit agresser, rouer de coups et insulter, traiter de « sale juif ». Les nouveaux propriétaires le poursuivirent jusqu’à sa fuite et son retour en Belgique, où il réalisa que les polonais aidaient les nazis à tuer les juifs. » « Il n’y a pas de pays sans antisémitisme.» « À Anvers, nous habitions au premier étage d’un vieil immeuble. Avec mes amis, nous jouions dans la rue avec une balle en mousse, et soudain, un habitant de l’immeuble se mit à hurler parce qu’on le dérangeait. Il était pourtant juif, mais très irrité par le bruit de nos amusements. Il se mit dans une colère folle à en perdre la raison, puis nous jeta un pot d’urine par la fenêtre de son balcon. Certaines personnes, à cette époque-là, étaient vraiment très énervées. À l’école primaire où j’allais –une école juive-, mon prof d’hébreu, M. Mittleman, portait un numéro tatoué sur le bras. Il s’énervait pour un rien et nous tapait sur le bout des doigts avec sa règle, il cognait sur tout ce qui bougeait ! Tous les élèves et moi-même d’ailleurs, le détestions, mais en fait, c’était lui la première victime. Finalement, on ne peut pas en vouloir à des gens comme ça. Ce qu’ils ont vécu se répercute un jour où l’autre, mais ça, on ne le réalise que maintenant. » Errants et vagabonds sur les traces de leurs proches « De nombreux juifs erraient dans les rues, cherchant leurs parents, les membres de leur famille qu’ils avaient perdu. Ils auraient tout fait pour les retrouver. Ils parcouraient tous les pays, frappaient aux portes de leurs anciennes habitations. Ils s’aventuraient sur les traces des gens ayant été dans les mêmes camps.

« Un jour, j’ai accompagné mon père dans une agence immobilière, afin que nous puissions trouver un nouvel appartement. L’agent nous a clairement dit : « On ne loue pas à des juifs ».»




Mon oncle, qui a perdu son fils à Auschwitz, a mis cinq ans pour apprendre la rude façon dont il fut tué. Ayant retrouvé le témoin de sa pendaison, celui-ci lui expliqua que les allemands l’avaient pendu par les pieds pendant deux jours jusqu’à ce que mort s’en suive. » Léon Weinberg, un déporté d’Auschwitz « Ayant atteint l’âge adulte, j’ai rencontré Léon. Il avait vécu dans les camps. À l’époque, peu de gens voulaient en parler. Il m’a finalement confié son histoire et ce qu’il avait vécu. Sa situation était vouée à l’échec mais il s’en était finalement sorti. « C’était comme une boîte qui s’ouvrait et qui se refermait, mais il n’oubliera jamais. » Dans les camps, les nazis l’avaient désigné pour l’horrible corvée de transporter les cadavres des chambres à gaz aux fours crématoires. Les juifs de ce service, le « Zondr Commando », y étaient placés pour un bol de soupe ou un quignon de pain en plus. Lorsqu’ils entraient dans ce service, ils n’avaient que 3 mois à vivre. Leurs sorts étaient le même, ils travaillaient jusqu’à épuisement. On leur donnait l’espoir de vie jusqu’au bout, et après ils étaient fusillés. Les allemands ne voulaient pas de témoins vivants. On leur donnait un savon en leur faisant croire qu’ils allaient prendre une douche. Lorsque les SS déclenchaient le gaz, le gaz tombait au sol puis remontait vers le plafond. Les gens grimpaient, l’un sur l’autre, portant leurs enfants à bout de bras, afin de respirer le peu d’air qui restait. Léon se souvient des pyramides de corps qu’il découvrait à chaque fois qu’il ouvrait la porte des chambres à gaz. Un jour, Léon fut appelé dans les bureaux, pour transporter le corps d’une femme que les allemands avaient frappée à mort. En descendant les marches des deux étages, en la portant par les pieds derrière son dos, la tête du corps de cette femme se cognait lourdement sur chaque marche précédente, rebondissant et provoquant un bruit sourd et résonnant à la fois.

Cette image et ce bruit affreux, qui le rendit fou, poussa Léon à s’enfuir des camps. Il posa le corps sur les autres corps entreposés et alla se cacher dans un énorme tuyau de canalisation. Il y resta pendant deux jours planqué au milieu des rats. Finalement, il sortit du tuyau, alla se cacher dans un cami on transportant des corps, et rejoignit grâce à D. les siens. Cette image me semble être un des pires tableaux de tout ce que je vous ai raconté. Cet homme n’en avait jamais fait part à sa famille. C’était comme une boîte qui s’ouvrait et qui se refermait, mais il n’oubliera jamais. » .

Courrier des lecteurs

Enquêtes Speciales

Enquêtes Speciales

Après l’Holocauste…

Charles Braff a survécu à l’Holocauste. Aujourd’hui, du haut des ses 80 ans, ils nous raconte comment s’est passé son retour en Belgique. Le 3 Avril 2019, Témoignage de Charles Braff Un rescapé de la Shoah

Enquêtes Speciales

Pessah à LA

Fête de la naissance, de la Emouna, de la liberté, elle se prononce « Pessar » (« passover » en anglais qui veut dire littéralement « passer au dessus »). Mode d’emploi : mettre de côté son ego, faire le vide, devenir comme une matza, plate comme une galette, se vider de son orgueil, réapprendre, accepter d’écouter, recevoir et être libre. Chaque année, ici, à Los Angeles, nous lisons ensemble la Haggadah, ressentant la douleur de l’esclavage, goûtant des nourritures symboliques pour finalement éprouver la joie de la libération de notre peuple.

Enquêtes Speciales

HOLLYWOOD OU LE RÊVE AMERICAIN POUR QUI ?

Le rêve Américain est né au 16ème siècle lors de la colonisation de l'Amérique par l'Angleterre. Le mythe de l'Eldorado, la conquête de l'Ouest sont des expressions qui ont évoqué durant des siècles les mérites et les miracles du continent Américain. Le rêve Américain davantage qu'une idée est un espoir pour toute personne, quelle que soit son origine ou sa religion, son passé ou son parcours, d'accéder au succès et à la prospérité, à force de courage, de persévérance et de travail. Partir de rien pour arriver au sommet, ça fait rêver !

Enquêtes Speciales

Californie Se loger, investir, à quel prix ?

Le marché immobilier aux USA n’a pas été aussi favorable à la vente depuis plus de 50 ans. Les maisons se vendent au dessus du prix, et le nombre de biens immobiliers disponibles sur le marché immobilier californien est bas. Jusqu' à quand ? Deux experts en immobilier de notre communauté nous répondent sur la « Fréquence Juive ».

Enquêtes Speciales

Les fêtes de TICHRI à Los Angeles Souccot

La « fête des cabanes », le retour aux sources, la vie à la Robinson Crusoé, apprécier les vraies valeurs. À L.A., nous célébrons Souccot, d’une façon très proche de la nature. Voyons de quelle manière la communauté ressent cette fête.

Enquêtes Speciales

Les fêtes de TICHRI à Los Angeles Kippour

Le jour du Grand Pardon, Yom ha –Kippourim, la plus grande fête célébrée par les juifs du monde entier. Solennelle, longue, dure mais si belle, si forte, cette fête qui nous rend purs, celle qui nous fait Ange, on la respecte, on l’aime.

Enquêtes Speciales

Les fêtes de TICHRI à Los Angeles Roch Hachana

Le nouvel an juif ! Septembre, la création par D. d’Adam, de l’être humain, au sixième jour de la Genèse. Remise à zéro, on repart sur de nouvelles bases, on répare tout, on se fait neuf. « Chanatova » par ci, « Hag Saméa’h » par là ! On se souhaite une année douce, du miel pour tous et cette ambiance festive nous fait atteindre la « Tête de l’année ».

Enquêtes Speciales

French Jewrney LIKE Fréquence Juive

La colonie de vacances préférée des français

Enquêtes Speciales

L’épanouissement au sein de l’Armée Israëlienne À 16 ans, Lithal s’engage dans Tsahal et devient technicienne dans l’armée de l’air

À 16 ans, Lithal s’engage dans Tsahal et devient technicienne dans l’armée de l’air Ayant grandi dans la petite ville de Marcel Pagnol, sa petite école d’Aubagne aux parfums de Provence la berce dans une jeunesse plutôt calme et réservée. À 16 ans, elle découvre sa vraie personnalité. Au point culminant de l’adolescence, sa vraie nature la pousse à partir en Israël, Lithal se lance et s’engage dans l’armée de l’air. Découvrez comment la maturité et la Emunah de cette jeune fille contribuent à son épanouissement.

Enquêtes Speciales

ELLE VOULAIT ETRE JUIVE, AUJOURD’HUI ELLE L’EST

Fréquence Juive croise le destin d’une jeune femme pleine de vie. On l’appelait Lauren, mais depuis quelques semaines, elle se nomme Ruth. Prenez le plaisir de découvrir son parcours, comme si c’était écrit. « À Los Angeles, j’ai fait Techouva », Témoignage de Ruth

Enquêtes Speciales

La Parisienne Bakery

La vraie boulangerie, à la française

Enquêtes Speciales

Se nourrir « MADE IN U.S.A. »

Sur le plan alimentaire, les Etats-Unis ont la réputation d'être le pays du "burger » et de la malbouffe... Certains soutiennent que la "bouffe" américaine nous envahit et qu'à cause d'elle, nous allons tous devenir aussi obèse que les Américains. Les différences entre les cultures alimentaires française et américaine sont-elles si marquées ?

Enquêtes Speciales

DEPUIS LES US : L’ALYA, C’EST POSSIBLE

Même si la jeunesse juive est très épanouie ici, à L.A., les « ados » se sentent très vite attirés par une vie plus trépidante. Tentés par l’aventure, ils partent faire leurs études ailleurs, Israël étant évidement à la première place dans leur choix de destinations. Shana Memmi, une jeune de fille de 17 ans, nous explique comment elle a réalisé son rêve : devenir israélienne avec toute sa Kavana (de tout son cœur). Trois ans après, Shana va bientôt passer son diplôme. Elle nous raconte son expérience, nous confie les raisons de ses choix, ses sentiments et tous ses bons plans.

Enquêtes Speciales

HOMMAGE À MIREILLE KNOLL À BEVERLY HILLS

Paris, 23 Mars 2018. Un an après le meurtre de Sarah Halimi et une semaine après celui d’Arnaud Beltrame, Mireille Knoll, rescapée de la Shoah, a été retrouvée chez elle, poignardée à 11 reprises et brulée par son voisin musulman. La disparition violente de Mireille a suscité une vive émotion dans le monde entier, notamment dans la communauté juive de Los Angeles.

Enquêtes Speciales

Shilo’s, Et si Los Angeles avait son Resto Casher Gastronomique !

Deux jeunes amis européens s’installent à L.A. et relèvent le défi. Guidés par la même envie de conquérir l’Amérique, ils reprennent l’affaire « Shiloh’s », le restaurant casher français le plus réputé de Los Angeles. Ce Steakhouse déjà connu pour sa viande maturée exceptionnelle et sa « tarte flambée », n’a pas fini de nous étonner. Et faisons leur confiance, ce sont des pros !

Enquêtes Speciales

PICO boulevard, le couloir mythique de la « Kosher Food »

D’Ouest en Est, de Beverly Drive à la Cienega Boulevard, « Pico » a longtemps été connu comme le « couloir casher » de la communauté juive orthodoxe de Los Angeles. Même si d’autres quartiers juifs tels que Melrose ou La Brea sont aussi fréquentés par une clientèle plus locale, aujourd’hui, le quartier de « Pico-Robertson » est le lieu incontournable des juifs friands de bons repas casher, toutes cultures confondues.

Enquêtes Speciales

ENVOYÉE SPÉCIALE EN ISRAËL: NANNY SEYMAN

Nanny Seyman vend du fromage. Plus exactement, Nanny est la principale importatrice de fromage en Israël.

Enquêtes Speciales

Rachel Bohbot, une médiatrice en quête d’humanité

Jeune maman originaire du Maroc, Rachel nous fait part de son histoire personnelle et des relations qu’elle a avec ses clients. Les couples qui traversent des crises sont souvent forcés de prendre des décisions importantes. Rachel Bohbot explique qu'il faut toujours, tant que possible, chercher à recoller les morceaux et éviter les divorces, mais dans le cas ou cela n'est pas possible, grâce à Rachel, le divorce se passe toujours bien et il n’est pas question de dire le contraire.

Enquêtes Speciales

LES EXPATRIÉS FRANÇAIS LA CALIFORNIE À TOUT PRIX

S’installer à LA et réaliser son rêve américain, est-ce toujours d’actualité ? La ville de LA fait-elle toujours rêver ? Doit-on investir ? L’expatriation a-t-elle toujours autant de succès ? Le conseil de l’avocat d’immigration, Diane HAGGIAG « experte en conseils d’implantation aux Etats-Unis ».

Enquêtes Speciales

LES KOSHER BAKERIES DE LA

Aux Etats-Unis et plus précisément à Los Angeles, les boulangeries, ce n’est pas ce qui manque ! Il est évident qu’elles ne sont pas dans le style de ce que l’on connaît en France mais on se laisse vite tenté par la production locale. Donuts ou croissants, les américains sont gourmands et les français aussi. Voyons ce que l’on retrouve sur le marché…