Fréquence Juive Magazine

Allumer des bougies occupe une place omniprésente dans la pratique du judaïsme. Traditionnellement une mitsva féminine, cet acte se répète toutes les semaines à l’occasion de Chabbat et pour chaque fête, avant la tombée de la nuit, et pour ‘Hanouka, après la tombée de la nuit. Qu’y-a-t-il de spécial dans la lumière de la bougie ? Quelle est la relation entre la bougie et la spiritualité ? Qu’en est-il de la relation avec notre âme ? Réponse de notre grande Rabbanite Anne-Marie Elgrishi, en direct de Marseille.

Bougie, corps et métaphores Une bougie est composée d’un corps de cire, d’une mèche de coton et d’une flamme. Parallèlement, l’âme dans le corps représente la flamme sur la mèche. Le feu consume la cire sans pour autant se tarir lui-même. C’est le corps et non l’âme qui est consumé par la vie. La bougie a une forme, le feu n’en a pas. Le corps a une forme, l’âme n’en a pas. La flamme est orientée par le vent « Rouar » = l’esprit, cette force qui motive et dirige l’âme. Elle est orientée vers le haut, l’âme aussi aspire à s’élever. La taille de la flamme n’est pas déterminée par celle de la bougie. L’envergure de l’âme ne dépend pas de celle du corps. Quelque soit la couleur ou la forme de la bougie, la flamme reste identique. Peu importe notre couleur ou nos formes, l’âme est la même pour chaque individu.

C’est la partie supérieure de la bougie qui est la plus chaude, donc la flamme. L’âme est ce qu’il y a de plus élevé et raffiné chez une personne. On peut allumer des milliers de bougies à partir d’une même bougie, sans perdre la moindre parcelle de sa lumière originelle. La lumière restera aussi pure. Une âme peut aussi éclairer un grand nombre d’autres âmes en prenant encore plus de grandeur et de force. Lorsque la flamme a consumé l’intégralité de la bougie, elle s’éteint. Il en est de même pour l’âme, à plus de 120 ans BH’. L’allumage des bougies de Chabbat Lorsque Chabbat entre, c’est à la femme d’accueillir ce moment par l’allumage des bougies, ce qui va faire rentrer quelque chose de Kadoch, de Saint dans toute sa maison. Un peu de Hassidout… Un peu de lumière repousse beaucoup d’obscurité. Si l’on se retrouve dans une pièce noire, ce n’est pas en se plaignant de notre situation que nous trouverons la lumière. Il suffit de trouver le petit interrupteur placé juste derrière nous. Faire entrer le Chabbat dans les murs de notre maison par l’allumage des bougies n’apporte que du bien. Ce cours de Anne-Marie Elgrishi a été donné aux lecteurs de FREQUENCE JUIVE pour l’élévation de l’âme de Rosa Bat Beyouya HADJEDJ LES BOUGIES DE CHABBAT * Faire la tsedaka avant d’allumer.

Ner Hachem Nichmat Adam « La bougie de D., c’est l’âme de l’homme ».




* Allumer à proximité de la table de Chabbat. * 18 minutes avant le coucher du soleil (horaires sur www.myzmanim.com / www.torah-box.com) * Pour les femmes (deux bougies minimum, plus une par enfant) et jeunes filles (à partir de 3 ans / allument avant leur mère / une seule bougie avant de se marier). Baroukh ata Hachem Elo-hénou Mélèkh haolam achère kidéchanou bémitsvotav vetsivanou lehadlik ner chel Chabbat Kodech. [Béni sois-Tu, Éternel notre D.ieu, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné d’allumer les bougies du saint Chabbat] Notes techniques : Une fois qu’une femme a récité la bénédiction sur les bougies, elle a accueilli le Chabbat. À partir de ce moment, elle ne doit plus s’engager dans des activités interdites le Chabbat. Les bougies et les bougeoirs ne doivent pas être déplacés jusqu’à la fin du Chabbat. Les ampoules électriques peuvent être employées en guise de bougies de Chabbat lorsqu’il est impossible d’allumer de flammes, comme à l’hôpital. Un homme doit allumer si aucune femme n’est présente. LES BOUGIES DE HANOUKA Avant l'allumage, le maître de maison, et éventuellement tous les garçons de la maison lorsque ceux-ci allument leur propre Ménorah, prononcent les deux bénédictions : 1 - « Barou'h Ata Hachem Elo-hénou Mélè'h Haolam Achère Kidéchanou Bemitsvotav Vetsivanou Lehadlik Ner 'Hanouka » Béni sois-Tu, Éternel notre D.

ieu, Roi de l’Univers, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné d’allumer les lumières de 'Hanouka. 2 - « Barou'h Ata Hachem Elo-hénou Mélè'h Haolam Chéassa Nissim Laavoténou Bayamime Hahème, Bizmane Hazé » Béni sois-Tu, Éternel notre D.ieu, Roi de l’Univers, qui a fait des miracles pour nos pères en ces jours-là, en ce temps-ci. Le premier soir de la fête, on ajoute la bénédiction : 3 - « Barou'h Ata Hachem Elo-hénou Mélè'h Haolam Chéhé’heyanou Vekiyemanou Vehiguianou Lizmane Hazé » Béni sois-Tu, Éternel notre D.ieu, Roi de l’Univers, qui nous a fait vivre, exister et parvenir jusqu’à ce moment. (Lois et rituels sur www.torah-box.com) .

Recent Reviews

Rabbi Shimon bar Yohaï

9.3

Le Tana (titre donné aux sages de l’époque de la Mishna) Rabbi Shim’on bar Yoh’aï, est né près de cinquante ans après la destruction du second Temple et faisait partie des 5 élèves restant du grand Tana Rabbi Akiva (après l’épidémie ayant causé la mort à 24000 de ses élèves, ce qui est d’ailleurs la raison du deuil que nous portons durant les 33 premiers jours du Omer).

Courrier des lecteurs

Bénédiction

Bénédiction

Allumage des bougies & Spiritualité

Allumer des bougies occupe une place omniprésente dans la pratique du judaïsme. Traditionnellement une mitsva féminine, cet acte se répète toutes les semaines à l’occasion de Chabbat et pour chaque fête, avant la tombée de la nuit, et pour ‘Hanouka, après la tombée de la nuit. Qu’y-a-t-il de spécial dans la lumière de la bougie ? Quelle est la relation entre la bougie et la spiritualité ? Qu’en est-il de la relation avec notre âme ? Réponse de notre grande Rabbanite Anne-Marie Elgrishi, en direct de Marseille.

Bénédiction

REMERCIER HACHEM

Dans la Torah, la seule bénédiction formulée est le Birkath haMazone : « Tu mangeras, tu seras rassasié et béniras ». (Deutéronome 8,10) Toutes les bénédictions avant de consommer des aliments, sont déduites par un raisonnement à fortiori. Celui qui profite de ce monde sans en demander l’autorisation, à celui qui en est le Créateur, est un voleur. D’où une obligation de réciter une bénédiction avant de consommer le moindre aliment. « Tout herbe a sa mélodie propre. » Rabbi Nahman de Bretslev