Fréquence Juive Magazine

Les prières de Roch Hachana Matérielles ou spirituelles ? By Sarah Perets

Très bientôt, nous fêterons Roch Hachana, le début de la nouvelle année juive, suivi du jeûne de Yom Kippour, un des jours les plus saints de notre calendrier. Ces jours solennels sont des jours de prière et d’introspection où l’accent est mis sur nos demandes pour une bonne et douce année. Mais est-ce le but de ces fêtes ? Demander des choses à notre Créateur ? Ou sommes-nous plutôt censés le louer et le remercier pour tout ce qu’Il nous donne et pour notre vie précieuse. Que signifie prier D’ et que disent nos Sages à ce sujet? L’importance de la prière La prière ou Tefila en hébreu signifie, à la fois : des demandes, des remerciements, des louanges, des compliments, des supplications ou des confessions. La prière juive est la manière, pour D.ieu de dire au peuple juif : «Parlez-moi et j'écouterai». Trois fois par jour, les juifs prient D.

ieu, le remercient, le louent et le supplient pour leurs demandes personnelles. Souvent conduite dans une synagogue, mais aussi dans des maisons privées ou des endroits publics, la prière représente l’occasion de prendre du recul et de réfléchir. Dans un mélange unique de rituel communautaire et de dévotion privée, la prière juive est décrite par nos sages comme le «service du cœur» par excellence. L’importance de la connexion Cette idée revient quand nous traduisons le mot “demande” en Hébreu qui se dit “Bakacha” et non Tefilah. Le but de la prière est non seulement de faire des “demandes” à D.ieu mais surtout, et essentiellement de se connecter à Lui. Notre âme divine réside dans un monde matériel, détaché du spirituel.

« D.ieu n’est pas une machine ATM… C’est un “package” complet »




C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de la prière. Celle-çi nous rattache à notre origine, à notre source de vie. Quand nous prions, nous réalisons que D.ieu dirige le monde et en le louant et en orientant nos prières vers Lui, nous acceptons Son règne et Ses décisions. Prier mais aussi recevoir Prier en hébreu se conjugue comme un verbe “réfléchi”: Lehitpallel. Cela nous rappelle que l’on reçoit ce que l’on investit. En lui offrant notre prière et notre reconnaissance, Il nous donne Son amour et Ses bénédictions. La prière incite et motive l'homme, elle «émeut» et suscite la grâce et les bénédictions et nous transporte vers un monde sans limite. Même quand nous Lui adressons des requêtes spécifiques et immédiates, la prière a un effet délibéré sur le long terme: celui de purifier, d’élever l'homme et tout ce qui lui est associé.

À Roch Hachana, nous demandons à Hachem de nous bénir avec une douce et bonne année. Le Rabbi de Loubavitch remarque qu’il est redondant de demander ET une douce ET une bonne année. Et le Rabbi de nous expliquer que tout ce que fait Hachem est toujours bon, mais parfois, la manière dont cette bonté s’exprime n’est pas “douce ». Nous demandons donc à Hachem de nous bénir avec un bien qui soit révélé et évident. Cette année, plus que jamais, nous avons besoin de la DOUCE miséricorde et de la bénédiction de D’. Il est de notre devoir d’implorer Hachem pour la guérison de tous nos malades et la protection de chacun. Amen Vé Amen’ .

Recent Reviews

Le langage médical aux USA

9.3

Prenez un groupe de Français nouvellement arrivés à Los Angeles et abordez le sujet du système de santé américain: Vous êtes sûrs de susciter passion, indignation et surtout incompréhension.  Ce clash culturel se ressent à tous les niveaux: Depuis le choix d’une assurance médicale, en passant par la visite chez le docteur jusqu’à l’achat des médicaments, autant de situations nouvelles dans lesquelles pour naviguer aisément il faudrait un guide touristique (doublé d’un interprète !) Si vous vous reconnaissez, vous êtes servis: Nous vous avons concocté un lexique médical Français/ Américain qui l’on espère vous sera utile pour communiquer aisément lors de vos futures démarches de santé.

Courrier des lecteurs