Fréquence Juive Magazine

LE SUCRE

1. Le sucre fait grossir : FAUX Cette idée remonte à une époque où la nutrition n’était qu’une somme d’idées reçues... et souvent fausses ! La consommation de sucre, vue sa faible densité énergétique (4 kcal/g), apporte moins de calories que l’alcool (7 kcal/g) et les lipides (9 kcal/g). De plus, on est généralement plus rassasié par des glucides que par des lipides, que l’on absorbe en plus grande quantité, et par conséquent, que l’on stocke plus facilement dans l’organisme. 2. Le sucre n'est présent que dans les sucreries : FAUX Les glucides sont des molécules formées d’atome de carbone, d’hydrogène et d’oxygène et réparties, selon leur taille, en deux types de glucides : les glucides complexes présents dans les céréales, les tubercules (pommes de terre) ou les légumineuses (lentilles, haricots, pois.

..), et les glucides simples naturellement présents dans le lait (lactose), les fruits (fructose) et les plantes (saccharose). Ce sont les seuls à donner une saveur sucrée aux aliments. C’est pourquoi ils sont utilisés dans les confitures, les confiseries, les boissons sucrées... 3. Le sucre doit disparaître des régimes : FAUX Le mot “régime”, trop facilement assimilé à un protocole de perte de poids contraignant et souvent frustrant, désignerait, en réalité, la bonne manière d’adopter une alimentation raisonnée et équilibrée et pas systématiquement restrictive. Le sucre contribue au bon équilibre nutritionnel et psychologique, premier facteur de maîtrise pondérale. 4. Le sucre est compatible avec un objectif de perte de poids : VRAI Son apport de plaisir et d’énergie est nécessaire à l’accomplissement des petits efforts quotidiens qui permettent de conserver la ligne.

5. Il vaut mieux remplacer le sucre par du miel dans ses yaourts : VRAI Au point de vue énergétique, 100 g de sucre en poudre représente 400 kcal. Même le miel qui contient essentiellement des glucides, un quart de sa masse est constituée d’eau (100 g de miel équivaut à 308 calories environ). Préférez le miel ! Mais si vous aimez la crème de marron, c’est encore mieux : 100 g représente seulement 254 kcal. 6. On ne doit pas supprimer le sucre dans son alimentation : VRAI La suppression de sucre favorise l’état de frustration, sanctionne l’échec des tentatives de stabilisation de poids et pourrait même être à l’origine du fameux effet yoyo (alternance de pertes et prises de poids). Ces effets agissent de manière défavorable sur la santé et l’équilibre psychologique. 7. Le sucre roux est plus riche en minéraux que le sucre blanc : VRAI Les deux proviennent de la betterave sucrière.



Ils subissent les mêmes traitements (filtration, évaporation, cuisson et purification) mais le sucre roux est légèrement moins purifié à la fin du traitement et contient donc quelques impuretés, ce qui justifie sa coloration. A quelques grammes près, ils sont aussi riches en saccharose qu’en calcium. 8. On doit consommer le sucre avec modération : Vrai En effet, des rations caloriques sont vite atteintes. Un enfant de deux ans qui mangerait une bouillie sucrée le matin, un yaourt sucré au goûter, un entremet le soir, une poignée de bonbons et deux verres d’une boisson gazeuse sucrée absorberait 100 g de sucre, soit 400 calories. Au niveau énergétique, cela représenterait déjà un tiers de l’apport journalier. .

Recent Reviews

PEUT-ON FÊTER THANKSGIVING ?

9.3

Ayant pour plus grand et beau symbole « la Reconnaissance » thankful, Thanksgiving représente ici la fête la plus importante de l’année – devant Noël. Après tout, ce dîner joyeux aux belles couleurs blondes et orangées n’est pas du tout une fête religieuse.

Courrier des lecteurs

Nos Tsadikims

Nos Tsadikims

RABBI MOSHE AARON PINTO CHLITA

« In the place where there is no men, get up and be a man.» « À l’endroit il n’y a pas d’hommes, lève-toi et sois un homme.» (Pirkei Avot 2) Descendant de deux familles marocaines de Tsaddikim, Rabbi Moshe est le fils du Rabbin Yaacov Pinto Chlita (Rabbin de la synagogue Pinto Center à Los Angeles, depuis 1980) et de la sainte Rabbanit Dinah Abihssira (fille de Rabbi Meir Abihssira ZL’).

Nos Tsadikims

Notre rapport avec Hachem Rav Yossef Sitruk Zatsal

À l’approche de Roch Hachana, évoquons certaines des problématiques que nous avons à résoudre dans notre vie afin de nous préparer de manière optimale à ce grand jour. La principale d’entre elles étant celle de notre rapport avec Hachem.

Nos Tsadikims

Rabbi Shimon bar Yoh’aï

Le Tana (titre donné aux sages de l’époque de la Mishna) Rabbi Shim’on bar Yoh’aï, est né près de cinquante ans après la destruction du second Temple et faisait partie des 5 élèves restant du grand Tana Rabbi Akiva (après l’épidémie ayant causé la mort à 24000 de ses élèves, ce qui est d’ailleurs la raison du deuil que nous portons durant les 33 premiers jours du Omer).

Nos Tsadikims

Pensée juive Cours du Rav Sitruk : LA PAIX

Il est faux de croire que la paix se réduit au fait d’arrondir les angles ou encore de s’effacer pour l’autre ; car à force de concessions, on finit par ne plus exister. Or avec quelqu’un qui n’existe pas, vous ne pouvez pas être en désaccord. Ce que je préconise c’est plutôt de rechercher la valeur de l’autre. Les 24 000 élèves de Rabbi Akiva furent décimés parce qu’il ne s’honoraient pas mutuellement. Comment comprendre une telle tragédie ? Il s’agissait de géant de la Torah, comment pouvaient-ils se manquer de respect ? Comme expliquent nos sages, les élèves de Rabbi Akiva vivaient dans une telle proximité qu’ils en vinrent à ne plus sentir l’obligation de se respecter.

Nos Tsadikims

Rabbi Shimon bar Yohaï

Le Tana (titre donné aux sages de l’époque de la Mishna) Rabbi Shim’on bar Yoh’aï, est né près de cinquante ans après la destruction du second Temple et faisait partie des 5 élèves restant du grand Tana Rabbi Akiva (après l’épidémie ayant causé la mort à 24000 de ses élèves, ce qui est d’ailleurs la raison du deuil que nous portons durant les 33 premiers jours du Omer).

Nos Tsadikims

RABBI HAI TAIEB LO MET

Né dans une famille de rabbins en 1743, il se distingue dès son jeune âge par son savoir et son intelligence, érudit en Talmud et évoluant aisément dans l’étude du Zohar.